EnergieCHECK - La Check-List du Référent Energie

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Sous forme de check-list, "énergieCHECK" permet au référent énergie de réaliser une « auto-évaluation » de la démarche de management de l’énergie en place dans son entreprise. Le résultat de l'évaluation permet à l'entreprise d'identifier ses axes d'amélioration afin d'améliorer son système de gestion de l'énergie.

L’outil permet également de vous orienter vers la documentation, les outils et les bonnes pratiques en lien avec les axes d’améliorations retenus par l’entreprise et identifiés comme pertinents par l’ATEE (bonnes pratique ADEME, guides techniques, réglementations, normes…)

La check-list (format excel) est à télécharger.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2b/Crystal_Clear_app_download_manager.png

 

 Ci-dessous, les différents points clés d'une démarche de management de l'énergie sont développés afin de vous aider à réaliser votre auto-évaluation.

1. Définir sa stratégie énergétique
2. Planifier sa démarche de management de l'énergie
3. Mettre en oeuvre sa démarche de management de l'énergie
4. Mesurer et vérifier
5. Amélioration continue

 

Bonnes pratiques et liens utiles

Définir sa stratégie énergétique

L’engagement de la direction est un prérequis fondamental à la réussite de tout projet d’entreprise, la mise en œuvre d'une démarche de management de l’énergie ne fait exception. La direction doit donc afficher clairement sa volonté d’inscrire le système de management de l’énergie dans sa stratégie. Ce point permet de :

  • développer la Maitrise de l'Energie dans l'organisme ;
  • faire un état des lieux approfondi (qui va permettre la réalisation de la "revue énergétique") ;
  • développer un système de management de l'énergie en, notamment, mobilisant l'ensemble du personnel.

L'ensemble des collaborateurs doit avoir la conviction que chaque action d’efficacité énergétique contribue à la réalisation d’un objectif stratégique.

Cette volonté doit évidemment s’accompagner de dispositions concrètes en matière d’organisation, de moyens et de ressources à tous les niveaux de l’entreprise.

Politique énergétique

La politique énergétique d’une entreprise formalise la volonté de la direction à améliorer la performance énergétique de l’organisation. La politique énergétique est établie par la direction et communiquée à l’ensemble des collaborateurs.

Les points qu’une politique énergétique peut aborder sont les suivants :

  • un engagement d’amélioration continu de la performance énergétique de l'entreprise ;
  • des objectifs de performance énergétique chiffrés ;
  • l'engagement de mettre à disposition les ressources nécessaires afin d'atteindre les objectifs fixés (en termes d'informations, budgets, compétences...) ;
  • un encouragement à l’achat, l'investissement et à la conception de produits et de services favorisant l’efficacité énergétique.

Sur la forme, la direction est libre de rédiger une politique énergétique :

  • très générale ;
  • précise ;
  • traitant spécifiquement de l’énergie ;
  • intégrée (dans la politique environnementale ou développement durable par exemple).

Il est essentiel que la direction prévoie une diffusion de la politique énergétique à l'ensemble des collaborateurs.

Politique énergétique
Correspondance ISO 50001 Chapitre 4.2.1 "Direction"
Chapitre 4.3 "Politique énergétique"
Bonnes pratiques et liens utiles

Haut de page

Mise en place d'une organisation énergie

La direction doit assurer la mise à disposition des ressources nécessaires (en termes d’autorité, fiches de poste, compétences, budget, technologies) afin d'atteinte des objectifs de performance énergétiques. Cela passe notamment par :

  • la nomination d’un « représentant de la direction » dont le rôle consiste à superviser la mise en œuvre de la démarche de management de l’énergie tout en ayant autorité sur « l’équipe énergie » ;
  • la constitution  d’une « équipe énergie » chargée de mettre en œuvre la démarche de management de l’énergie.

Nommé par la direction, les principales responsabilités du représentant de la direction sont les suivantes :

  • superviser la mise en œuvre du SMé et s’assurer qu’une démarche d’amélioration continue a bien été mise en place ;
  • informer la direction de la performance énergétique de l’organisation et rendre compte du bon fonctionnement du SMé ;
  • constituer une « équipe de management de l’énergie » regroupant les personnes qui, avec l'autorisation de leur hiérarchie, seront impliquées dans la démarche de management de l'énergie ;
  • s'assurer que les actions mises en œuvre dans le cadre du SMé sont en ligne avec la politique énergétique de l'organisme ;
  • s’assurer que la politique et les objectifs énergétiques sont connus à tous les niveaux de l’entreprise ;
  • s’assurer que les responsabilités et autorités sont appliquées et respectées dans le cadre du fonctionnement du SMé ;
  • s’assurer que les méthodes mises en place favorise un management de l’énergie efficace ;

L’équipe de management de l’énergie correspond à la ou les personnes responsables de la mise en œuvre effective de la démarche de management de l’énergie au sein de l’entreprise.  La taille, l’activité et la structure de l’organisation de l’entreprise détermineront le profil de l’équipe de management de l’énergie. Dans le cas d’une petite structure, l’équipe de management de l’énergie et le représentant de la direction peuvent correspondre à une seule et même personne ! (le responsable énergie)

L'expérience montre qu'il est judicieux de regrouper au moins les trois compétences suivante dans l'équipe énergie :

  • une compétence technique, dans la mesure ou les actions d’efficacité énergétique reposent souvent sur la mise en place d’équipements, solutions ou process industriels performants ;
  • la capacité à gérer un projet et manager une équipe dans la mesure où la méthodologie et les outils de pilotage utilisés pour manager les projets s’appliquent parfaitement à une démarche de MDE ;
  • des qualités pédagogiques et d’animation dans la mesure où chaque collaborateur doit prendre conscience que son activité impacte directement ou indirectement la performance énergétique de son entreprise.

Au sein d’une organisation complexe, l’équipe de management de l’énergie peut regrouper un certain nombre d’expertises jugées nécessaires à la mise en œuvre d’une démarche de management de l’énergie. Ne manière non exhaustive, les fonctions clés à intégrer dans l’équipe de management de l’énergie peuvent couvrir un éventail assez large de compétences :

  • Ingénierie
  • Production
  • Maintenance / Exploitation
  • Environnement
  • Qualité / Sécurité
  • Ressources humaines / Management
  • Immobilier
  • Achat
  • Méthode travaux et conception
  • Direction financière / Moyens généraux

A la charge du "représentant de la direction" de composer une équipe de management de l’énergie regroupant l’ensemble des compétences clés sans être trop étendue au point d’être improductive.

L’équipe devra se réunir à intervalles réguliers pour animer, attribuer les responsabilités et suivre la mise en œuvre du SMé. Une fois le SMé mis en place, il est important que l’équipe maintienne des réunions à intervalles réguliers afin de mettre en place une démarche d’amélioration continue de la démarche.

Mise en place d'une organisation énergie
Correspondance ISO 50001 Chapitre 4.2.2 "Représentant de la direction"
Bonnes pratiques et liens utiles

Haut de page


Planifier sa démarche de management de l'énergie

Réglementations et autres exigences

Avant de se lancer dans une démarche de maitrise de l'énergie structurée, le prérequis important consiste à identifier les réglementations et les exigences en vigueur en matière d'usages, consommations et d'efficacité énergétique !

Une vision d'ensemble des exigences réglementaire en matière d'énergie est disponible sur la veille réglementaire ATEE.
Les "autres exigences" peuvent inclure les directives internes à un groupe, des normes sectorielles, des engagements volontaires (PEFC pour les papetiers, charte CO2 pour les transporteurs routiers...).

L'entreprise doit mettre en place des procédures afin d’identifier les réglementations et les autres exigences à partir d’un inventaire des textes et de leur analyse. Dans un second temps, il est conseillé de mettre en place des procédures afin de vérifier sa conformité face à ces exigences.

L'entreprise peut mettre en place une veille réglementaire dans le domaine de l’énergie à partir :

  • de ressources internes (responsable environnement déjà en charge de la veille réglementaire en lien avec l’environnement par exemple) ;
  • ou de ressources externes (bureaux d’études spécialisés dans la veille réglementaire personnalisée)

Ci-dessous, quelques liens utiles en termes d'exigences en lien avec l'énergie :

Se conformer à la réglementation et aux autres exigences
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.4.2 "Exigences légales et autres exigences"
Chapitre 4.6.2 "Evaluation de la conformité aux exigences légales et autres exigences"

Bonnes pratiques et liens utiles

Haut de page

Connaitre et analyser ses consommations d'énergie

   Réaliser un bilan de ses consommations et usages énergétiques

Le bilan énergétique initial peut se reposer sur la réalisation d’un audit énergétique (on trouve également le terme de diagnostic énergétique). Un audit énergétique est défini comme « un examen et une analyse méthodique de l’usage et de la consommation énergétique d’un site, bâtiment, système ou organisme, ayant pour objet d’identifier les flux énergétiques et les potentiels d’amélioration de l’efficacité énergétique et d’en rendre compte »

Sur la base d’un recueil d’informations (historiques des consommations, examen des installations, campagne de mesures ponctuelles…), la phase d’analyse des usages et des consommations d’énergie doit inclure :

  • La répartition de sa consommation énergétique par usage (ex : chauffage des locaux, eau chaude, concentrateur…) et par type d’énergie (gaz naturel, vapeur, électricité…)
  • L’évolution de sa consommation dans le temps

Un schéma énergétique peut être proposé afin de afin de représenter graphiquement les flux énergétiques afin de rendre le bilan énergétique compréhensible par le plus grand nombre.

Réaliser un bilan de ses consommations d'énergie et des usages énergétiques de son site
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.4.3.a "analyser les usages et la consommation énergétiques à partir de mesures et d'autres données"

Bonnes pratiques et liens utiles

Haut de page

   Déterminer ses "Usages Energétiques Significatifs"

Les "usages énergétiques significatifs" correspondent à un nombre restreint d'usages énergétiques. Cette « short-list » permet à l’entreprise de concentrer ses ressources afin d’obtenir un maximum de résultats en termes d’amélioration de la performance énergétique. Les "usages énergétiques significatifs" feront l’objet d’une attention particulière en termes d’objectifs de performance énergétique, mise en œuvre de plans d’actions, instrumentation et formation des opérateurs concernés.

Idéalement, les "usages énergétiques significatifs" présentent :

  • une part de la consommation d'énergie importante ;
  • un potentiel d'amélioration de la performance énergétique important ;
  • et permettent de développer la sensibilité du personnel en matière de performance énergétique.

L'expérience montre qu'il est préférable de définir un nombre d'"usages énergétique significatifs" restreints (environ 4 par site) mais pertinents afin de concentrer efficacement ses ressources.

Déterminer ses usages énergétiques significatifs
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.4.3.b "identifier, d'après les analyses des usages et de la consommation énergétiques, les secteurs d'usage énergétiques significatifs"

Bonnes pratiques et liens utiles

Haut de page

        Identifier et analyser ses potentiels d'amélioration

L'analyse de ses consommations d'énergie passe par l'élaboration d'un tableau des potentiels d'amélioration de la performance énergétique.
Au-delà d'une part importante de la consommation d'énergie et d'un potentiel d'amélioration significatif, d'autres facteurs peuvent être pris en compte :

  •  Le coût de la source d’énergie
  •  L’empreinte carbone de la source d'énergie
  •  L’accessibilité du potentiel d’amélioration de la performance énergétique
  •  Les problématiques d’Hygiène/Santé/Sécurité
  •  La conformité réglementaire des équipements
  •  Le plan d’investissement de l'entreprise
Identifier et analyser ses potentiels d'amélioration
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.4.3.c "identifier, hiérarchiser et enregistrer les potentiels d'amélioration de la performance énergétique"

Bonnes pratiques et liens utiles

Haut de page

  Consommation de référence et indicateurs de perfomance énergétique (IPé)

La consommation de référence sert de base pour le suivi de la performance énergétique. La consommation de référence est établie pour une période donnée et peut être issue du bilan des usages et des consommations énergétique du site. Afin de rendre la consommation de référence comparable, elle peut être normalisée, c’est-à-dire tenir compte des facteurs affectant la consommation d’énergie du site (niveau de production, température extérieure…).

Un indicateur de performance énergétique (IPé) permet de suivre et mesurer sa performance énergétique. Le plus souvent, les IPé consistent en un ratio Energie utilisée / Unité de production. L’objectif étant alors d’améliorer ce ratio en améliorant son efficacité énergétique.

Un IPé peut être :

  • Global, afin de suivre la performance énergétique de son site. Exemple : « Consommation d’énergie totale du site / voiture produite » pour un site d’assemblage automobile, « facture énergétique / tonne » pour les gestionnaires d’un site…
  • Plus précis, visant l’amélioration de la performance énergétique d’une zone ou d’un équipement. Exemple : Rendement pour une chaudière, « kWh électrique / Nm3 » pour la production d’air comprimé…
Consommation de référence et indicateurs de performance énergétique (IPé)
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.4.4 "Consommation de référence"
Chapitre 4.5.5 "Indicateurs de performance énergétique"

Bonnes pratiques et liens utiles

Haut de page

Définir un plan d'actions

Un plan d'actions va pouvoir être défini sur le base des précédentes étapes, notamment l'identification et l'analyse des potentiels d'amélioration, les cibles et objectifs que vous vous êtes fixés et l'équipe énergie mise en place.

Le plan d'actions en management de l'énergie doit regrouper au moins les éléments suivants :

  • La description des opérations nécessaires à l'atteinte des cibles et des objectifs;
  • Les ressources nécessaires (financières, humaines) correspondantes à chaque opération;
  • Une date de lancement et un délais pour accomplir chaque opération;
  • La nomination d'un chef de projet pour chaque opération;
  • Une méthode de mesure et vérification de la performance énergétique lié à chaque opération;
  • Une procédure de suivi de l'avancement de chaque opération.

Comme tout système de management, un SMé exige de documenter chaque opération et de contrôler l'avancement de chaque opération à intervalle régulier.

Enfin, il est pertinent qu'un pilote de l'energy management supervise le déroulement de l'ensemble des tâches, cela permet de d'assurer une coordination entre les différnts chefs de projet et d'assurer une vision gloable du plan d'actions.

EnergieSIM permet de prioriser et simuler la mise en œuvre de son plan d’actions en efficacité énergétique. Face à la contrainte liée au financement des actions d’efficacité énergétique, il revient au responsable énergie de :
- prioriser les actions identifiées lors du diagnostic énergétique;
- mettre en avant des indicateurs économiques à partir d’une simulation du plan d’actions.

L’outil permet de mettre des chiffres sur les identifications d’opportunités en allant au-delà du simple temps de retour sur investissement. La finalité de l’outil consiste à aider le responsable énergie à porter son plan d’actions en efficacité énergétique auprès de son directeur financier ou sa direction.

Voir énergieSIM
Définir un plan d'action
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.4.6 "Objectifs et cibles énergétiques, et plans d'actions de management de l'énergie"

Haut de page


Mettre en oeuvre sa démarche de management de l'énergie

Cette étape correspond principalement à la mise en oeuvre du plan d'actions défini précédemment. La mise en oeuvre de ce plan d'actions reposant entre autre sur des procédures opérationnelles, des responsabilités et une communication envers l'ensemble des collaborateurs.

Sensibilisation et communication

L’ensemble du personnel doit être informé de l’impact de ses activités et de son comportement sur les consommations d’énergie. Il doit être conscient de sa part de responsabilité et du rôle qu’il peut jouer pour atteindre les objectifs fixés par une démarche d’amélioration de la performance énergétique menée par son entreprise. Ceci est d’autant plus évident lorsque le salarié occupe un poste en lien direct avec la conduite d’un procédé pouvant avoir un impact énergétique significatif.

La sensibilisation passe, entre autres, par l’information et la communication. Par exemple, l’entreprise peut intégrer les bilans et les indicateurs de performance énergétique dans les différents tableaux de bord existants affichés sur le site (taux de non-conformité par exemple).

Notons également que la sensibilisation du personnel sur les économies d’énergie fonctionne d’autant mieux lorsqu’il peut reproduire chez lui la démarche initiée dans l’entreprise. Il peut également être judicieux de faire le lien entre les économies d’énergie réalisées au quotidien et les économies financières réalisées par l’entreprise.

La communication interne à l'entreprise peut inclure :

  • la politique énergétique;
  • les enjeux auquels répond le management de l'énergie (économies d'énergie, image de l'entreprise, politique de développement durable...);
  • les responsabilités et les positionnements hiérarchiques en matière de management de l'énergie;
  • les tableaux de bord regroupant les principaux IPé macroscopique de l'entreprise.

Ces éléments peuvent être communiqués via :

  • des panneaux d'affichage;
  • les nexsletter internes;
  • l'intranet;
  • des réunions d'information;
  • des formations...

Ci-dessous quelques facteurs de succès liés à la communication :

  • la communication doit être continue;
  • le contenu et les supports de communication doivent être adaptées en fonction de l'andience visée;
  • la communication n'est pas seulement descendante, mais également descendante, sous forme de boite à idée, groupe de travail, réunion de concertation...

Enfin, l'entreprise doit décider si elle choisie de communiquer en externe sur sa démarche de management de l'énergie. En effet, les besoins de transparences imposées par le grand public, les clients, les sous-traitant, peut motiver l'entreprise à communiquer sur la mise en oeuvre et les résultats de sa démarche de management de l'énergie.

Sensibiliser ses collaborateurs
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.5.2 "Compétence, formation et sensibilisation"
Chapitre 4.5.3 "Communication"

Bonnes pratiques et liens utiles

Maitrise opérationnelle

La maitrise opérationnelle consiste à s'assurer que tous les équipements liés aux usages énergétiques significatifs identifiés par l'entreptrise (chaudière, air comprimé, ventilation...) sont exploités et maintenu de sorte à optimiser leur efficacité énergétique.

Une exploitation et une maintenance favorisant l'efficacité énergétique inclut notamment les tâches suivantes :

  • identifier et établir les critères de fonctionnement optimal de chaque équipement correspondant à leur plage de fonctionnement idéal (ex : consigne de température, pression d'air comprimé, pression de vapeur, durée d'éclairage...);
  • mettre en place des procédures permettant de contrôler le respect de ces critères (personnel qualifié, GTB, capteurs, indicateurs, contrôleurs électronique, capteurs de luminosité, rondes...);
  • mettre en place une maintenance adaptée au fonctionnement idéal des équipements (nettoyage, ajustement de tension, recherche de fuites d'air comprimé, lubrification...);
  • mettre en place une maintenance préventive.

Achats et conception

L'entreprise doit s'assurer que les procédures d'achats d'équipements, produits, services de l'entreprise ayant un impact sur les usages énergétiques tiennent compte de la performance énergétique. La prise en compte de la performance énergétique lors des achats peut se faire par les moyens suivants :

  • informer les fournisseur que leurs offres seront en partie évaluées en tenant compte de la performance énergétique;
  • mettre en place des critères d'évaluation tenant compte de la performance énergétique sur toute la durée de vie des achats.

Enfin, la conception d'installations, équipements, systèmes et processus, nouveaux, modifiés et rénovés peuvent également avoir un impact significatif sur la performance énergétique de l'entreprise. Une réflexion doit donc être mené lors de la phase de conception pour déterminer de quelle manière une conception différente de l'objet en question pourrait améliorer sa performance énergétique sur sa durée de vie. Une conception tenant compte de la performance énergétique peut contribuer à :

  • intégrer des panneaux solaires (bâtiments neufs ou en rénovation);
  • mettre en place un ajustement automatique de l'éclairage en fonction de l'ensoleillement (relamping);
  • mettre en place un variateur de vitesse sur un process (nouveau process)...

Haut de page


Mesurer et vérifier

Plans de mesurage

Le plan de mesurage correspond à la démarche structurée qui permet de mettre en place un système de mesurage. Le plan de mesurage correspond donc à la démarche globale dans laquelle s’inscrit toute démarche de mesure relève et analyse de données énergétiques.

Le terme plan de comptage est parfois préféré à celui de plan de mesurage de manière tout à fait équivalent.

Le système de mesurage correspond quant à lui à l’ensemble des dispositifs permettant de mesurer, relever et analyser la performance énergétique d’un site ou d’un organisme. Tout système de mesurage est  composé de trois briques élémentaires : les dispositifs de mesurage, les moyens de relève et les moyens d’analyse.

  • Le dispositif de mesurage est composé d’appareils destinés à être utilisés pour faire des mesures : tension, courant, débit, température, humidité…
  • Les moyens de relève permettent de collecter et centraliser les données issues du dispositif de mesurage via une chaine d’acquisition.
  • Les moyens d’analyse correspondent aux outils permettant d’exploitation les données relevées.

Une méthodologie de plan de mesurage doit être perçue comme une démarche itérative composée d’étapes permettant de mettre en place un système de mesurage de l’énergie. Une démarche itérative permet notamment d’éviter un investissement dans une solution surdimensionnée (et couteuse) qui pourrait générer un volume de donnés tel qu’il est impossible de les exploiter de manière optimal compte tenu de ses ressources.

Au même titre qu’un système de management de l’énergie, un plan de mesurage prend la forme d’une démarche « PDCA » (Plan Do Check Act) d’amélioration continue.

Les six étapes de mise en place d’un système de mesurage :

1. Définir le contexte, les objectifs et les contraintes

  • Définir les motivations, enjeux et objectifs du projet
  • Définir le budget, planning, livrables…

2. Evaluer la situation initiale

  • Inventaire fonctionnel : Les besoins (les besoins, ce qu’on doit collecter comme données et pourquoi)
  • Inventaire technique : Existant (les données et équipements dont on dispose)

3. Définir le plan d’action d’amélioration du système de mesurage

  • Définir les actions à entreprendre dans le cadre du plan de mesurage pour atteindre les objectifs qu’on s’est fixé

4. Mettre en place le système de mesurage

  • Réaliser les actions

5. Exploiter les mesures

  • Analyse des données (processus de responsabilité et moyens techniques)
  • Historisation et stockage des données

6. Maintenir le système de mesurage

  • Vérification de la chaine d’acquisition des mesures
  • Maintenance évolution et suivi métrologique
Plan de mesurage
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.6.1 "Surveillance, mesure et analyse"

Bonnes pratiques et liens utiles

Suivi et analyse des consommations

Le suivi et l'analyse des consommations énergétiques peuvent se faire par différents moyens :

  • Traitement « à la main » à l’aide d’un tableur
  • Interface de visualisation (plateforme web de supervision, GTC…)
  • Logiciel de gestion énergétique
  • Outils d’analyse « big data »

La mise en oeuvre d'un logiciel de gestion énergétique poursuit généralement les objectifs suivants :

  • Monitoring, suivi et consolidation des données énergétiques
  • Fonctionnalités d’aide à la décision (comprendre pour agir)
  • Animation et management de la performance énergétique
Suivi et analyse des consommations
Correspondance ISO 50001

Chapitre 4.6.1 "Surveillance, mesure et analyse"

Bonnes pratiques et liens utiles

Amélioration continue

L'entreprise doit périodiquement s'interroger sur la pertinence de sa démarche de maitrise de l'énergie, pour cela elle doit :

  • suivre et analyser les progrès accomplis en matière de performance énergétique à l'aide des IPé;
  • suivre le déroulement des actions entreprises;
  • prendre des décisions si des évolutions sont nécessaires pour améliorer sa performance énergétique.

La démarche vise à déterminer l'adéquation de la démarche par rapport aux objectifs et aux cibles que s'est fixé l'entreprise. Si la démarche n'est pas adaptée, l'entreprise doit être capable de remettre en cause un certain nombre d'élément, parmi ceux-ci :

  • la performance énergétique;
  • la politique énergétique;
  • les indicateurs;
  • les objectifs et les cibles;
  • les ressources.

Haut de page

contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site