Entretien avec Thierry de Préaumont, président d’Idex

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Entretien avec Thierry Franck de Préaumont, président d’Idex : «Nous allons investir 100 M€ par an»

Se réclamant d’être le 1er groupe français indépendant de la transition énergétique, Idex prévoit de continuer d’investir dans divers projets, spécialement avec les collectivités. Une émission obligataire réussie lui donne des ressources supplémentaires, en attendant plus de visibilité.

Energie Plus : Vous avez récemment réalisé une levée d’émissions obligataires, pourquoi ?

Thierry Franck de Préaumont : Idex a une dynamique de croissance qui est relativement forte, avec un chiffre d’affaires de 704 M€ en 2013, soit +8,5 % par rapport à 2012. Elle est portée par les énergies que l’on développe sur le territoire : réseaux de chaleur en cogénération gaz ou en biomasse, unités de valorisation énergétique (UVE) des ordures ménagères, biogaz et cogénération. L’essentiel de ces projets est en délégation de service public, ce qui implique d’avoir la possibilité d’investir pour accompagner les collectivités. Nous sommes soutenus par notre actionnaire de long terme, le Fonds Cube Infrastructure, et nous disposons de financements classiques de type bancaire. Mais il y a deux enjeux à considérer. Tout d’abord le montage de ces projets d’infrastructure de service public prend du temps, d’où la nécessité de mettre en place des préfinancements. Ensuite, l’ensemble des projets de taille intermédiaire, comme les réseaux bois-énergie de villes de taille moyenne, ne justifie pas la mise en place de financements propres. Pour ces deux raisons, nous avons souhaité lever de l’argent sous la forme d’une émission obligataire privée qui permet un financement direct.

EP : Cette levée a bien réussi ?

T. F. de P. : Nous avons reçu un bon écho de la place financière qui a eu confiance en notre modèle. Ainsi, alors que nous espérions obtenir 50 millions d’euros, nous avons finalement atteint 57 M€ de la part d’investisseurs institutionnels français. Le rendement proposé est de 5 % global à l’échéance de décembre2020. En empruntant de l’argent via l’émission obligataire nous avons accès à une ressource supplémentaire permettant en partie d’avoir une réserve mobilisable pour de la croissance externe. Mais elle va surtout sécuriser nos investissements qui devraient être de 100 M€ par an les deux prochaines années.

EP : Et au-delà de deux ans ?

(...)

Lire la suite dans Energie Plus n°529 du 1er juillet 2014

 

 

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site