Bois-énergie : l’activité ralentit

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

La France a des objectifs élevés pour le développement du bois-énergie mais la filière semble ralentir, alors que les prix des hydrocarbures restent extrêmement bas. Il faudrait pourtant accélérer pour atteindre les objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Le bois-énergie progresse mais son essor est de plus en plus lent. Avec 408 MW installés fin 2016 pour la filière électrique biomasse solide et une production de 2 270 GWh l’année précédente, il n’est pas en phase avec les objectifs de la PPE entérinés par le précédent gouvernement. Dès la fin 2018, 540 MW devraient être installés. Cela semble déjà très ambitieux compte-tenu de l’écart restant à combler. Quant au but fixé par la PPE à l’horizon 2023, compris entre 790 MW et 1040 MW, il parait assez hypothétique à atteindre. « Le marché a crû énormément mais se retrouve aujourd’hui sur un palier. La filière, après avoir montré qu’elle était capable de se structurer, est un peu freinée par le manque de projets », regrette Thierry Genoud, directeur général adjoint chez Solven. Pour la chaleur renouvelable, la France est aussi loin du compte. Le pays a décidé, avec la Loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), d’atteindre un objectif de 38 % de chaleur renouvelable en 2030 (33 % en 2020), ce qui implique un quasi-doublement de la part actuelle (20,7 %). Pour y parvenir, les autorités ont mis en place le fonds chaleur, qui a soutenu près de 4 000 installations depuis 2009 pour un montant de 1,57 milliard d’euros, générant un montant d’investissement de 5,15 Md€ d’euros. Ce mécanisme a produit 1,985 Mtep par an d’énergies renouvelables et de récupération supplémentaire. Il a surtout bénéficié au bois puisque 73,5 % de l’énergie produite grâce à ce fonds est issue de ce combustible. Malgré la stagnation actuelle, le bois énergie reste la première des énergies renouvelables. En 2015, la filière représentait 40 % de la production primaire d’EnR française.

  • Les professionnels espèrent plus

« Les dispositifs d’incitation au développement de la consommation de biomasse pour l’énergie ont porté leurs fruits. C’est le seul secteur industriel consommateur de bois qui a progressé ces dernières années, et de façon très significative », expose Alain Jacquet, président du directoire de Sylvo Watts. Pourtant, cet essor ralentit considérablement. La faute à une certaine inertie administrative. « Des dispositifs d’aides pour l’amont forestier comme Dynamic bois ont été mis en place, mais au mauvais moment. Il était réclamé depuis longtemps par les forestiers qui avaient besoin de cet accompagnement il y a cinq ou dix ans et pas aujourd’hui » poursuit-il. Les professionnels du secteur pointent aussi la difficulté pour obtenir cette aide et réclament une simplification des démarches et une plus grande stabilité réglementaire. Du côté des fabricants d’appareils de chauffage bois, on regrette cette instabilité. « Nous devons attendre les derniers jours de l’année pour savoir si les aides ou les crédits d’impôts pour l’achat de nos produits sont reconduits. Il nous faudrait entre deux et trois ans de visibilité », souligne Alain Castagnol, président de Totem Fire SAS et co-président de la commission bois domestique du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Pour promouvoir leurs produits, dix-sept entreprises du secteur et représentant 80 % du marché hexagonal viennent de se fédérer au sein du Syndicat français des chaudiéristes biomasse (SFCB). Ces fabricants et importateurs souhaitent relancer l’usage du chauffage bois, malmené par des prix des hydrocarbures bas et des hivers doux. Ils proposent la mise en place de mesures incitatives différenciées pour favoriser la chaleur renouvelable ou la création d’aides favorables au chauffage au bois performant dans les zones concernées par un plan de protection de l’atmosphère (PPA)...

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 594 du 1er novembre 2017

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site