La convention FEE Bat signée pour quatre ans

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Réunis autour de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie, et de Sylvia Pinel, ministre en charge du logement, les représentants des professionnels du bâtiment (FFB, Capeb, FSCP-BTP) ont signé la convention FEEBat, fin avril, avec l’Ademe, l’ATEE et EDF(*).

FEE Bat est un programme de formation des professionnels du bâtiment issu du dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE). Depuis son lancement en 2008, ce programme a permis de former environ 60 000 professionnels aux économies d’énergie, notamment des artisans. Ces formations sont majoritairement financées par EDF en échange d’un certain nombre de CEE. Une partie du financement est aussi assurée par les organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) et par le fond d’assurance formation (FAF).

A la différence des précédentes conventions signées en 2010, 2012 et 2013, celle qui a été signée ce 30 avril porte sur une période de quatre ans (2014-2017). Elle donne ainsi de la visibilité au secteur du bâtiment pour développer ses compétences. Surtout, elle va permettre d’accélérer le rythme de formation : il est prévu environ 28000 stagiaires par an sur cette période. Cela est rendu possible par le financement consenti par EDF, à hauteur de 50 millions d’euros maximum sur la période. En échange, EDF reçoit 1 MWh cumac tous les 4 euros engagés.

De plus, cette nouvelle convention FEE Bat doit désormais conduire les professionnels formés à l’obtention de la mention RGE (Reconnu garant de l’environnement), obligatoire pour que les travaux qu’ils réalisent soient éligibles aux aides publiques. Cette éco-conditionnalité sera mise en place en juillet 2014, mais les professionnels attendent avec impatience un décret en précisant les modalités. A l’occasion de la signature de FEE Bat, Ségolène Royal a laissé entendre que cela ne saurait tarder.

Les deux ministres ont en tout cas renouvelé leur souhait de voir le chantier de la rénovation énergétique des logements réussir, avec l’objectif, à terme, de 500 000 rénovations par an. Comme l’a rappelé Sylvia Pinel, c’est à la fois un enjeu social (moins de charges sur la facture énergétique pour les Français), un enjeu environnemental (moins d'émissions de GES dans le secteur du bâtiment) et un enjeu économique (développement de l’activité sectorielle). Tous les acteurs présents ont reconnu que cette réussite dépendait de trois leviers : faire connaître les signes de compétences et les aides existantes aux Français pour qu’ils sachent comment agir ; pérenniser les aides financières pour aider à l’investissement dans les travaux ; et soutenir les professionnels du bâtiment dans ce grand projet porteur d’emplois, par exemple en maintenant une TVA réduite. En ce sens, une formation de qualité est aussi un pré-requis, ce à quoi FEE Bat va s’atteler.

(*) Au centre Sylvia Pinel et de Ségolène Royal, puis de gauche à droite, Jacques Petey (Fédération des Scop du BTP), Patrick Liébus (Capeb), Jacques Chanut (FFB), Bruno Léchevin (Ademe), Henri Proglio (EDF) et Jean-Philippe Teilhol (ATEE).

 

Au centre Sylvia Pinel et Ségolène Royal, (de g. à d.), Jacques Petey (fédération des Scop du BTP), Patrick liébus (Capeb), Jacques Chanut (FFB), Bruno Léchevin (Ademe), Henri Proglio (EDF) et Jean-Philippe Teilhol (Atee).

 

 

 

 

 

 

 

 

       

 

La signature de la Convention FEE Bat en vidéo

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site