Bruno Léchevin : L’État, stratège de la transition énergétique

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Lors de la Conférence environnementale, les orientations prises par François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault confirment les thèmes de prédilection de l’Ademe et son rôle dans la transition énergétique. Le point avec son président, Bruno Lechevin.

 

Comment avez-vous perçu la Conférence environnementale qui se tenait les 20 et 21 septembre derniers ?

Bruno Lechevin : C’est ma première Conférence environnementale car je suis en poste depuis six mois à la présidence de l’Ademe, mais il me semble qu’il y a une certaine continuité ; cela ne peut pas être une révolution à chaque conférence annuelle. Même si ça ne va jamais aussi loin que certains l’espèrent, le discours du Président de la République a néanmoins reflété un engagement personnel et l’affirmation de la volonté d’atteindre l’objectif d’une diminution de moitié de la consommation d’énergie d’ici 2050. En termes d’affichage c’était très important, d’autant plus que les membres du Conseil national du débat sur la transition énergétique étaient divisés sur ce point. Pour l’Ademe, la division par deux des consommations d’énergie est un objectif de développement durable auxquels aboutissent nos scénarios 2030-2050, mais c’est aussi un levier de croissance, d’innovation, d’emploi et donc de sortie de crise. Ce cap reste à concrétiser sans plus attendre.

 

La division par deux de la consommation passe par un immense chantier de rénovation énergétique des bâtiments. Se donne-t-on les moyens de le lancer ?

B. L. : Lors de la Conférence environnementale, l’Exécutif a exprimé sa forte volonté de réussir le plan de rénovation de l’habitat. L’État croit en la réussite de ce plan et s’en donne les moyens puisqu’il annonce la baisse de la TVA à 5 % pour les travaux de rénovation alors qu’un relèvement à 10 % se profilait pour janvier 2014. Maintenant les professionnels du bâtiment doivent jouer le jeu. Ils le peuvent d’autant plus que le Plan de rénovation thermique des bâtiments a été précisé juste avant la Conférence. L’idée est de s’appuyer sur les dispositifs existants, de les rendre plus lisibles, plus pratiques, d’en dynamiser certains, de les mettre en cohérence et de les rendre accessibles aux Français. Le Plan s’appuie sur les opérateurs de l’État (Ademe et Anah). Ce guichet unique passe par un centre d’appel (n° Azur 0810 140 240) et un site internet (renovation-info-service.gouv.fr). Il y a une réelle demande : les cinq premiers jours, plus de 10 000 appels ont été reçus. Selon leur profil, les personnes sont orientées vers un des 450 Points rénovation info service (PRIS) pour évaluer le type de travaux à réaliser, les aides qu’ils peuvent obtenir et les entreprises à solliciter. Les PRIS sont constitués des réseaux existants, dont les Espaces info-énergie. Même dans un cadre de pression budgétaire, Ademe renforcera les moyens financiers des EIE, de plusieurs millions d’euros, pour permettre une plus grande mobilisation. Car c’est un véritable changement d’échelle qui nous attend pour atteindre 500 000 rénovations par an dès 2017.

 

Les professionnels sont-ils prêts ?

(…)

Lire la suite dans Energie Plus n°513 du 15 octobre 2013

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site