Méthanisation : mieux cerner la rentabilité

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Le Club Biogaz de l’ATEE va prochainement publier une étude sur les conditions de rentabilité des installations de méthanisation réalisée par le groupement Solagro-Erep-Aile. Même si la rentabilité est difficile à obtenir, le Club Biogaz ne manque pas d’idées et de propositions pour que les pouvoirs publics remédient à cette situation.

 

Le financement est une étape compliquée pour les porteurs de projets dans le secteur de la méthanisation (voir Énergie Plus n°509) et la question de la rentabilité d’une telle installation est une donnée essentielle dans les montages financiers. Face à ce constat mais aussi face aux objectifs très ambitieux* de la France et à la difficulté de faire émerger les projets collectifs, le Club Biogaz de l’ATEE a commandé une étude baptisée Expertise des conditions de rentabilité des installations de méthanisation au groupement Solagro-Erep-Aile. «L’objectif est de construire une vision partagée des conditions de rentabilité des projets et de disposer d’un outil permettant d’évaluer l’impact des modifications de différents paramètres structurants tels que par exemple les tarifs d’achat, les subventions, la fiscalité, la maîtrise des investissements et des coûts d’exploitation», indique le document.

Le travail a commencé par l’élaboration d’un outil de calcul et par la définition de «cas-types». Le choix a été fait de ne pas utiliser des situations réelles souvent liées à des contextes locaux particuliers. Les cas-types peuvent être regroupés en quatre catégories : les projets agricoles individuels de 80 à 250 kW électriques équivalents, les projets agricoles collectifs avec un petit collectif de 350 kW et des projets territoriaux de 1 à 2,5 MW, les projets mixtes agricoles et industriels d’une puissance intermédiaire et les projets qui ne traitent que des déchets industriels. Chacun a été analysé selon deux variantes de débouchés pour l’utilisation du biogaz : la cogénération et le biométhane. Pour vérifier la fiabilité de l’outil, il a été comparé à des données issues de réalisations en projet, en construction ou en fonctionnement. (...) 

 

Lire la suite dans Energie Plus n°513 du 15 octobre 2013

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site