Réseau de chaleur : le Smirec et Vinci en désaccord

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Sur le territoire d’Aubervilliers, à la limite de Saint-Denis, se construit le futur campus Condorcet. En janvier 2016, les collectivités, l’État et l’entreprise attributaire du contrat de partenariat public-privé (PPP) Sérendicité (groupe Vinci), ont coopéré afin de raccorder ce futur bâtiment au réseau de chaleur du Syndicat mixte des réseaux d’énergie calorifique (Smirec), alimenté à plus de 50 % par des énergies renouvelables.

Cette infrastructure assure le service public de production et de distribution de chaleur dans les villes de Saint-Denis, La Courneuve, Stains, Pierrefitte et l’Ile-Saint-Denis. Et alors qu’Aubervilliers vient de rejoindre le Syndicat, le projet de raccordement du campus patine, aucune démarche n’ayant été engagée pour concrétiser ce projet. Vinci ne souhaite pour l’instant pas mener à bien les démarches nécessaires à la finalisation du montage technique et financier. Pourtant, l’État avait soutenu via le fonds chaleur le prolongement du réseau jusqu’au campus Condorcet sur une distance de 2 km. Le tout pour une somme d’un million d’euros. Selon les acteurs du projet, Vinci ne voudrait pas se raccorder pour des facilités de gestion.

En effet, il est difficile de changer le type de chauffage préalablement acté dans un PPP. « Nous ne souhaitons pas tripatouiller le PPP mais le faire évoluer pour permettre le raccordement au réseau », explique Didier Paillard, président du Smirec. Compte tenu du planning des travaux du campus, il reste peu de temps pour un accord. « Il est encore temps de procéder à ce raccordement mais il faut plus de volonté politique pour le faire », estime le président du syndicat. Nicolas Hulot a été interpellé dans une lettre ouverte afin qu’il intervienne en faveur de ce raccordement.     

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site