Expobiogaz : échanges sur le biogaz

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

À Bordeaux les 31 mai et 1er juin 2017, Expobiogaz a permis à près de 200 exposants de la filière biogaz de se rencontrer et d’échanger avec plus de 3 300 participants.

Cette édition 2017 du salon Expobiogaz a permis aux différents acteurs de la filière, quels que soient leur horizons, d’échanger et de trouver des terrains d’entente. La plus surprenante rencontre fut sûrement celle entre des agriculteurs et l’association environnementale FNE : la tension entre eux sur la définition de ce qu’est l’agriculture industrielle n’a pas empêché le souhait commun des protagonistes de chaque camp de travailler ensemble pour identifier les meilleurs moyens de faire accepter un maximum de projets sur le terrain (1).

Les agriculteurs ont aussi de leur côté bien l’intention de garder la main sur leurs projets : en Nouvelle-Aquitaine, ils ont donc signé une convention entre plusieurs entités les représentants (2) pour développer la méthanisation agricole en respectant certains critères comme la majorité du capital détenue par des agriculteurs, la qualité des intrants, la gestion des digestats mis au cœur des projets, etc. Le monde agricole peut d’ailleurs se sentir pousser des ailes : le volet bioénergies du scénario prospectif Afterres2050, intégré lui-même dans le scénario négaWatt (voir Énergie Plus n°580), envisage le développement de 10 000 méthaniseurs d’ici 2050. Présenté par Christian Couturier, directeur du pôle énergie de Solagro, ce volet montre combien la méthanisation peut prendre une place importante, conjointement avec le bois-énergie, en s’appuyant de plus en plus sur les matières végétales et moins sur les effluents d’élevage qui devraient se réduire avec la taille des cheptels.

  • Sécuriser le financement

Le salon Expobiogaz a été aussi l’occasion de la signature de quelques partenariats, comme par exemple celui de GRDF avec Perpignan Méditerranée Métropole pour l’injection du biométhane (80 Nm3/h) issu des boues de la station d’épuration de l’agglomération, en 2018. Premier projet de ce genre sur l’arc méditerranéen, il pourrait être suivi d’une douzaine d’autres, selon Claude Bompard, directeur territorial de GRDF dans les Pyrénées-Orientales.
De nombreuses conférences ont eu lieu durant les deux jours du salon. Celles sur le financement des projets ont particulièrement attiré les participants. Organisées par le Club Biogaz de l’ATEE, elles ont permis à différents intervenants de s’exprimer dont des banquiers (Crédit agricole et Banque populaire). Souvent accusés de frilosité pour le financement des projets, ces derniers n’ont pas hésité à détailler la façon dont tous les risques doivent être pris en compte dans le montage d’un projet. Si le sérieux est au rendez-vous, cela implique de réaliser une série d’audits au fur et à mesure du développement (audits techniques, mais aussi sur la construction, les assurances, le juridique, etc.). Un message qui passe de mieux en mieux, la clé de la rentabilité étant derrière cette démarche de sécurisation financière !
L’année prochaine, le salon se tiendra à Strasbourg, les 6 et 7 juin.

(1) FNE a créé un outil pour aider les projets de méthanisation à se positionner sur leur territoire, le Méthascope : www.fne.asso.fr/publications/méthascope

(2) AAMF, Chambre régionale d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, Vienne Agri Metha et Cuma Nouvelle-Aquitaine.

Plus d'infos sur www.expo-biogaz.comProchain rendez-vous les 6 et 7 juin 2018 à Strasbourg

 

Prodeval primé à Expobiogaz

Le Trophée de l’innovation Expobiogaz 2017 a été décerné cette année à Prodeval. Son produit AgriGNV a fait l’unanimité dans le jury car il permet aux unités de méthanisation agricoles de produire, odoriser et distribuer du bioGNV sur site. Ainsi, le biogaz produit sur une exploitation agricole peut être épuré en biométhane et mis à disposition d’une flotte de véhicules roulant au GNV. Les unités commercialisées par Prodeval fournissent 11 000 Nm3/an de bioGNV, soit les besoins de 6 à 8 véhicules légers (200 000 km/an). Une unité a été testée chez Philippe Collin. AgriGNV est proposé à 80 000 euros.
Le jury du Trophée de l’innovation a également émis deux coups de cœur à Serip France pour sa pompe mono piston permettant le pompage de tous les intrants vers le méthaniseur, et un autre à Evalor pour son système Hydrolyse Boost qui aide à la méthanisation d’un maximum d’intrants.
Les autres nominés cette année étaient : Arol Energy, Bee&Co, Biogaz Hochreiter France, Enerfip, Enogia, Odournet France, Wiefferink et Xergi.

 

Article paru dans Energie Plus 588 du 15 juin 2017

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site