négaWatt se positionne sur la PPE et la SNBC

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

2018 est déterminante pour la politique énergétique de la France. C’est avant la fin de l’année qu’une trajectoire doit être retenue par le gouvernement pour la PPE qui s’appliquera de 2019 à 2023 et la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) qui fixe des objectifs à l’horizon 2050. négaWatt s’implique dans ces débats et donne son avis sur les discussions en cours. Si l’association considère que des intentions sont positives, celles-ci portent souvent sur des objectifs de long terme. C’est notamment le cas de la neutralité carbone en 2050. Concrètement, négaWatt s’est intéressé à trois thématiques abordées dans les débats actuels : l’efficacité énergétique dans les bâtiments, la mobilité et l’électricité. Sur les bâtiments, l’association considère que le plan de rénovation proposé par le gouvernement fin avril est plutôt positif, en considérant la sobriété essentielle. Mais elle regrette qu’il commette « deux erreurs majeures ». Sa stratégie repose sur l’incitation, alors que négaWatt milite pour une obligation de rénovation complète et performante. Au contraire, les autorités envisagent plutôt des travaux étapes par étapes. Pour rendre cette rénovation massive, négaWatt estime qu’il faut mieux former les professionnels et entrainer les banques dans cet effort national en négociant avec elles 350 000 prêts à taux zéro sur la durée du quinquennat. Cela permettrait de rénover 850 000 logements en cinq ans.

Sur la mobilité, la SNBC mise sur l’efficacité énergétique et les substitutions de carburants surtout vers l’électrique (100 % du parc de véhicules particuliers en 2050). Pour négaWatt, ce n’est pas suffisant. Des outils de régulation doivent être mis en place pour limiter le trafic, comme par exemple l’instauration d’une redevance kilométrique sur les poids-lourds ou la suppression des exemptions de TICPE du fret routier et le développement du télétravail et de l’autopartage. L’association considère aussi que le 100 % électrique n’est pas une solution et privilégie plutôt une complémentarité électricité-gaz. Sur la production d’électricité, négaWatt pointe des retards récurrents, que ce soit dans l’essor des énergies renouvelables ou la fermeture des réacteurs constamment reportée et les risques associés au vieillissement du parc nucléaire français. Pour l’association, il faut maintenir une logique dans laquelle les prolongations de réacteurs au-delà du quatrième réexamen périodique sont l’exception et mettre en place des outils de pilotage nécessaire pour ajuster cette trajectoire de fermeture.

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site