CESE : le stockage d’électricité doit bénéficier d’un soutien adapté

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a voté le 9 juin un avis intitulé « Le stockage de l’énergie électrique, une dimension incontournable de la transition énergétique ». Confié à la section des activités économiques, cet avis a été préparé sous la houlette de son rapporteur, Alain Obadia.

Ce dernier rappelle que le stockage d’électricité est un sujet méconnu malgré le rôle primordial qu’il peut jouer dans la transition énergétique, en facilitant l’intégration des énergies renouvelables électriques et en favorisant l’émergence d’une mobilité décarbonée grâce à des véhicules électriques ou fonctionnant au gaz de synthèse issu de méthanation.

La diversité des technologies de stockage a été reprise en annexe du rapport. Mais trois d’entre elles sont identifiées comme étant au cœur du débat en France. Premièrement : les batteries électriques dont les performances peuvent être améliorées et les prix baissés. Elles sont incontournables pour la mobilité électrique et présentent des atouts pour le soutien au réseau électrique, en particulier à court terme dans les zones non interconnectées (ZNI). L’avis du CESE pointe aussi le fait qu’une concertation doit être lancée rapidement pour traiter le problème du recyclage du lithium utilisé dans certaines batteries. Deuxièmement, les technologies de l’hydrogène semblent prometteuses dès lors que la molécule est produite à partir de l’électrolyse de l’eau. La France doit profiter des spécialistes dont elle dispose pour ne pas se laisser distancer par d’autres pays. Le CESE estime ainsi que les constructeurs automobile français devraient se pencher sur la question. Tout comme un soutien clair devrait être déployé pour mettre en place des démonstrateurs pré-industriels de « power-to-gas » : que ce soit en injection pure d’hydrogène ou par la fabrication de gaz de synthèse par méthanation (méthane obtenu par couplage d’hydrogène et de CO2), le réseau de gaz naturel peut ainsi accueillir l’excédent de production électrique renouvelable (et vice-versa le restituer en cas de besoin). Troisièmement, la filière des stations de transfert d’énergie par pompage (Step) devrait être renforcée. Elle fournit déjà l’essentiel des capacités de stockage françaises (4,3 GW) mais son potentiel aurait pu être augmenté de 2 GW comme le prévoyait la programmation pluriannuelle des investissements 2009-2020. Aucun progrès n’a été réalisé et le CESE souhaite que de nouvelles conditions juridiques et économiques en facilitent le déploiement.

En ce sens d’ailleurs, le CESE a listé une petite quinzaine de propositions pour faire monter en puissance le stockage d’énergie électrique. Parmi elles, le soutien à la recherche publique et privé est indispensable au niveau national. A l’échelle européenne, une stratégie affirmée de manière claire l’est tout autant pour favoriser un tissu industriel dynamique. Le soutien des expérimentations dans les ZNI est incontournable à très court terme pour répondre aux enjeux spécifiques de ces territoires. Enfin, les cadres juridique et économique du stockage doivent être adaptés à la nature des services qu’il rend au système énergétique dans son ensemble. Pour cela, le CESE pointe particulièrement l’intérêt d’avoir un prix du CO2 plus en phase avec ses dégâts environnementaux. Par ce biais, le prix de l’électricité augmenterait et rendrait plus intéressantes les options de gestion de la demande comme le stockage, ainsi que les services apportés (régulation de fréquence, réserve primaire, etc.). Côté juridique, le CESE soutient notamment l’amendement du projet de loi de la transition énergétique pour la croissance verte qui propose de réduire de 50% le niveau du Turpe (tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité) acquitté par les opérateurs de stockage.

Pour en savoir plus sur le stockage d'énergies, consultez le dernier dossier d'Energie Plus.

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site