L'Afnor publie une étude sur la perception de l'ISO 50001

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Norme internationale, l'ISO 50001 permet à tout organisme (entreprises, collectivités, etc.) de faire certifier son système de management de l'énergie (voir Energie Plus n°504). L'Afnor a souhaité mieux comprendre comment les entités déja certifiées ISO 50001 "vivent" cette démarche qui implique à la fois une dimension technique (revue énergétique, mesure, suivi des indicateurs, etc.) et une dimension managériale (implication de la direction, définition d'objectifs de performance énergétique, motivation des salariés, etc.).

Une étude a donc été réalisée sur 12 organisations françaises (phase qualitative auprès des référents énergie) puis auprès de 66 autres (phase quantitative par une enquête en ligne) en France, Allemagne, Taïwan, Russie et Maroc. Elle montre qu'une majorité d'entre elles (61%) se sont lancées dans la démarche de certification ISO 50001 à la fois pour être certifiées (valorisation de l'image en interne et en externe) et pour mettre en place une démarche méthodique de gestion de l'énergie permettant des économies financières et des réductions d'émissions de gaz à effet de serre. La seule motivation financière ne regroupe que 17% du panel. Bien souvent elle se couple à d'autres bénéfices non financiers dont les principaux sont : d'identifier des pistes de progrès sur la durée ; de permettre la hiérarchisation d'actions stratégiques ; de faire monter le personnel en compétence. 

Pour plus des deux-tiers des interrogés, les budgets alloués à la démarche de performance énergétique sont considérés comme négligeables ou peu élevés au regard des bénéfices apportés. Ces budgets mériteraient néanmoins d'être mieux connus car ils sont souvent inclus dans dans les budgets liés aux autres systèmes de management. Le retour sur investissement n'est pas encore quantifiable pour 38% du panel mais il est en phase avec les estimations pour 24% et supérieur aux estimations pour 14%. Pour ceux qui ont assez de recul sur les économies d'énergies générées, la moitié déclare une économie sur la facture énergétique comprise entre 5% et 30%.

Globalement, les organisations sondées n'ont pas éprouvé de difficultés à mettre en oeuvre l'ISO 50001. Elles soulignent surtout le besoin d'anticipation et de cadrage, en pointant comme fondamentaux l'engagement de la direction et la sensibilisation des collaborateurs. Le choix du référent énergie est crucial car il est à l'interface de toutes les composantes de la démarche. A 72% très ou plutôt satisfaites de s'être engagées dans un système de management de l'énergie, les sociétés interrogées sont prêtes à recommander la démarche pour 95% d'entre elles.

L'étude de l'Afnor est disponible ici

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site