Bâtiments tertiaires : faire mieux que du neuf avec du vieux

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Le pari tenté par un gestionnaire de patrimoine immobilier ? Rénover de fond en comble l’un de ses bâtiments tertiaires datant des années 70 et le rendre plus performant qu’un neuf.

Appliquer le “Facteur 4” à une rénovation ? La foncière Gecina a tenté le pari sur l’un de ses bâtiments tertiaires, le Cristallin, sis à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Au-delà de la réduction par 4 de ses émissions de CO2, le maître d’ouvrage visait un objectif autrement ambitieux dans le cadre d’une rénovation : hisser le bâtiment au niveau de la RT 2012… du neuf. Une gageure qui ne souffrait aucune demi-mesure ; ainsi, du bâtiment original ne subsiste que l’ossature béton. Pourquoi alors ne pas avoir purement et simplement rasé le bâtiment ? «Notre bâtiment était bien né, en disposant d’un bon pas d’étage : il offre 2,70 mètres de hauteur libre entre faux plancher et faux plafond», explique Thierry Hanshaw, responsable des programmes immobiliers chez Gecina. Une caractéristique que le maître d’ouvrage voulait voir conservée à l’issue des travaux, malgré la rénovation lourde du bâtiment.

Des 114 poteaux de façade assurant les reprises de charge, chacun espacés de 1,30 m, seuls 26 ont été conservés et renforcés, complétés à chacun des sept étages par une poutre de rive...

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 556 du 1er décembre 2015

Tags:

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site