40 ans d’énergies renouvelables : anniversaire à l’Unesco

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

40 ans après la conférence internationale tenue à Paris sur le thème « Le soleil au service de l’homme », l’Unesco, l’Ademe et le CNRS organisent le 3 octobre 2013 une rencontre pour faire le point sur le développement des énergies renouvelables dans le monde.

Les EnR ont pris une place particulière dans les politiques publiques de certains pays afin de valoriser des ressources énergétiques locales (géothermie, biogaz, biomasse, hydraulique) et de flux (vent, soleil, marée) permettant de réduire la dépendance aux énergies fossiles importées. Leur apport est aussi durablement nécessaire pour limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES). Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) rappelle malheureusement la constante hausse de ces GES à cause des activités humaines, avec des conséquences qui peuvent se révéler dramatiques pour l’environnement et les populations. Par ailleurs, les EnR peuvent contribuer grandement à l’initiative des Nations Unies en faveur de l’énergie durable pour tous (SE4All) qui vise l’accès universel à l’énergie à l’horizon 2030.

En France, la majorité des EnR est constituée de l’électricité d’origine hydraulique (environ 5000 ktep) et de la chaleur issue de la combustion du bois (environ 10 000 ktep). Mais de nouvelles sources ont vu le jour depuis 40 ans : en quantité, ce sont principalement les agrocarburants, l’énergie tirée des déchets urbains, des pompes à chaleur, et des turbines éoliennes. Plus marginalement on trouve le biogaz, les résidus agricoles, le solaire thermique et photovoltaïque, et la géothermie. Toutes ensembles, ces EnR (hors hydroélectricité et bois-énergie) comptent presque pour 7000 ktep.

Le développement des EnR doit permettre de couvrir 23% de la consommation d’énergie en France en 2020 (objectif communautaire) alors qu’elles n’atteignaient que 13,1% en 2011. Un des enjeux de la transition énergétique est donc de trouver les moyens de leur faire une place de plus en plus grande à long terme, à la fois territorialement et économiquement.

Plus d’informations dans le dossier édité par l’Ademe (à télécharger ci-dessous).

Fichier attachéTaille
03102013_dp_journeeenr_unesco.pdf853.65 Ko
© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site