Édito : PPE, choix des scénarios RTE - Étape 2

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Édito du rédacteur en chef : PPE, choix des scénarios RTE
Etape 2 : «On va mettre le paquet»

L’actualité a donné raison à mon précédent édito concernant l’attention qui doit être portée à la révision de la PPE (programmation pluriannuelle de l’énergie). Il est en effet apparu au fil de la construction du débat sur la PPE que seuls deux scénarios devraient être retenus sur les quatre que RTE a préparés (voir Énergie Plus n° 596). Exit donc les scénarios Watt et Hertz pour imaginer le futur mix électrique de la France, au seul profit des scénarios Ampère et Volt. Les associations comme négaWatt ou le Cler se sont émues de cette restriction, au sens où elle exclut de fait les trajectoires ambitieuses de réduction du parc nucléaire.

Derrière ce choix des pouvoirs publics se soulèvent ainsi plusieurs questions : en se restreignant à deux scénarios ne risque-t-on pas d’être obligé de choisir Ampère pour éviter Volt qui ne respecte pas les 50 % de nucléaire inscrits dans loi ? N’y a-t-il pas un biais sur le niveau des exportations d’électricité, très important, alors que nos voisins ont aussi leurs propres projets de transition ? Mais surtout : pourquoi avoir exclu le scénario Watt qui présente la plus forte baisse des consommations ? Au regard des enjeux, les économies d’énergie restent normalement la priorité n° 1 et devraient guider chaque choix.

Dans ses vœux à la presse, Nicolas Hulot a fait preuve de plus de volonté en la matière. Alors que les indicateurs de suivi de la stratégie nationale bas-carbone (1) montrent le retour à la hausse des émissions de CO2 dans certains secteurs en 2016, le ministre de la Transition écologique et solidaire a fait valoir sa «résolution douce, tranquille mais déterminée que nous devons mener une transformation profonde de notre société». Il compte fixer «de manière réaliste la date de passage au 50 % de nucléaire (...) en précisant comment nous y arriverons, en maîtrisant notre consommation d’énergie». Il va mettre en place un Accélérateur de la transition écologique incluant un «plan de libération des EnR», la mobilité durable, l’économie circulaire, l’innovation, le financement et la fiscalité de la transition, et surtout, dès ce premier trimestre, un plan de rénovation thermique des bâtiments. «On va mettre le paquet», a dit le ministre, insistant aussi sur les contrats de transition écologique qu’il souhaite voir établis pour les territoires impactés afin d’aider collectivités et salariés à s’adapter.

(1) À voir sur www.ecologique-solidaire.gouv.fr/suivi-strategie-nationale-bas-carbone.

 

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site