2016, croissance record de l’éolien

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

L’éolien français a atteint un record de croissance en 2016, selon le 4e Observatoire de l’éolien publié le 19 septembre par FEE (France énergie éolienne), en association avec  le cabinet Bearing Point : le seuil des 12 GW* installés a été dépassé à la fin de l’année, et l’éolien représentera bientôt 5 % de la consommation nationale d’électricité.

L’état des lieux complet de la filière, réalisé sur l’année écoulée, met en lumière une augmentation de près de 45 % de la capacité installée en 2016 par rapport à 2015. Cette forte croissance est notamment à rapprocher du cadre réglementaire devenu plus stable et mieux défini. Les objectifs clairement énoncés, le renforcement des capacités électriques et l’anticipation de nouvelles capacités ont aussi joué un rôle. Cette montée en puissance du marché de l’éolien s’accompagne de créations d’emplois : selon l’Observatoire, 1400 emplois ont vu le jour en 2016 (+ 9,6 % par rapport à 2015), portant à 15 850 le total des emplois de la filière. Ces chiffres viennent confirmer la pertinence de l’éolien en tant que levier de croissance au sein de l’économie verte. Les entreprises françaises de l’éolien couvrent l’ensemble de la chaine de valeur de la filière : ingénierie et construction (4 776 emplois), études et développement (4 042 emplois), fabrication de composants (3 884 emplois) et exploitation et maintenance (3 165 emplois). L’éolien est enfin une ressource pour les territoires, qui ont bénéficié en 2016 de 132,7 millions d’euros de recettes fiscales. Toujours selon l’Observatoire, ce dynamisme devrait se confirmer en 2017 et permettre à la France d’atteindre ses échéances immédiates en termes de transition énergétique, soit 15 GW d’énergie éolienne en 2018. Mais une accélération du rythme actuel reste indispensable pour parvenir à l’objectif fixé dans 6 ans : 26 GW d’énergie éolienne, dont 3 GW en mer et 6 GW de projets attribués.

Ce même jour, l’Ademe a également publié deux études confirmant le potentiel de la filière éolienne : “Étude d’impacts socio-économique – filière éolienne française, bilan, perspectives et stratégies” et “Caractérisation des innovations technologiques du secteur de l’éolien et maturités des filières” ; La première étude comprend une évaluation des retombées socio-économiques de la filière éolienne, un bilan de la politique de soutien en place depuis 2000 et une analyse des perspectives d’évolution et actions à entreprendre pour poursuivre son déploiement. L’autre étude porte sur les innovations technologiques porteuses de compétitivité. L’Ademe relève que, en plus de représenter 1,1 million d’emplois directs et indirects dans le monde et 18 000 ETP directs et indirects en France, l’éolien a permis d’éviter l’émission de 63 millions de tonnes de CO2eq et d’environ 250 000 tonnes de SO2, NOx et particules fines sur la période 2002-2015. Ce qui représente,  en termes de bénéfices sanitaires et environnementaux, un gain pour la collectivté de l’ordre de 3,1 à 8,8 Md€, dépassant le coût du dispositif de soutien à l’éolien (3,2 Md€).

* Le parc éolien français représente 12 065,3 MW de puissance raccordée. 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site