Transition énergétique : le programme d'Emmanuel macron (En Marche !)

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Présidentielle et transition énergétique : le programme d'Emmanuel Macron (En Marche !)

  • Thème 1 – Politique climatique

L’action climatique doit s’intensifier avec les pays européens, avec la Chine, l’Inde, l’Afrique et tous les pays émergents, avec la société civile, les entreprises, les villes et les territoires mobilisés partout dans le monde. Aujourd’hui, nous sommes encore dépendants des énergies fossiles, qui représentent près de la moitié de notre consommation. Cette dépendance nuit au climat, à la santé, à la souveraineté de la France et coûte plusieurs dizaines de milliards d’euros par an. Nous ferons de la réduction des émissions de gaz à effet de serre la priorité de la politique énergétique. En cohérence avec l’accord de Paris, nous interdirons l’exploration des gaz de schiste et ne délivrerons aucun nouveau permis d’exploration d’hydrocarbures. Nous fermerons les centrales à charbon restantes en cinq ans. Nous ferons évoluer les comportements en augmentant le prix du carbone. Nous intégrerons le coût écologique dans le prix du carbone, en faisant monter en puissance la taxe carbone afin d’atteindre 100 €/tCO2 en 2030. Nous réformerons le marché carbone européen, en agissant par la fixation d’un prix plancher de la tonne de carbone. C’est la condition d’une transition énergétique efficace et équitable pour nos entreprises. Nous ferons de la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat une des priorités de notre action internationale. Parce que l’accord de Paris nous oblige, nous avons la charge de veiller à ce qu’il soit respecté par tous. Nous devrons prendre des sanctions commerciales au niveau européen contre les pays qui ne respectent pas les clauses environnementales des accords commerciaux conclus avec l’Union européenne. Face aux velléités du nouveau Président américain, la France devra notamment peser pour que l’Europe mette les États-Unis face à leurs responsabilités.

  • Thème 2 – Réduction des consommations d’énergie

Nous engagerons une rupture profonde avec le modèle productif existant largement fondé sur la consommation d’énergies fossiles. Ces ambitions devront trouver leur place dans tous les secteurs : industrie, mobilité, aménagement et habitat... Pour cela, nous porterons une volonté de sobriété et d’efficacité énergétique. Nous accompagnerons les PME françaises pour qu’elles se lancent dans des plans anti-gaspi afin de réduire leurs consommations d’énergies et de ressources, grâce à des diagnostics aidés. Les coûts des diagnostics seront remboursés avec une partie minime des économies réalisées. Nous lancerons un grand plan de rénovation des bâtiments publics, de l’État et des collectivités locales pour 4 milliards d’euros. Nous accompagnerons les Français afin qu’ils isolent leurs logements. Nous permettrons à tous de pouvoir réaliser les travaux nécessaires, notamment à ceux qui n’ont pas aujourd’hui toutes les ressources pour investir. Nous transformerons le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) en prime immédiatement perceptible au moment des travaux et non l’année suivante. Ainsi, ceux qui engagent des rénovations ne seront pas soutenus par l’État un an après leur décision, mais dès le moment où ils commencent leurs travaux. Nous aiderons particulièrement les ménages les plus pauvres à rénover les passoires énergétiques. Nous proposerons un audit gratuit à tous les propriétaires occupants en situation de précarité énergétique : maisons à la campagne, pavillons du périurbain, copropriétés où les travaux ont été trop longtemps repoussés. Nous viserons la rénovation de la moitié des logements-passoires des propriétaires les plus modestes dès 2022, afin de diminuer les émissions et de faire baisser les charges (électricité, fioul, gaz). À cette fin, via un fonds public doté de 4 milliards, nous financerons les travaux des propriétaires les plus précaires. Les passoires énergétiques seront interdites de location à compter de 2025. Nous accélérerons le déploiement des véhicules électriques en maintenant le bonus-malus à l’achat et en accélérant le déploiement des bornes de recharge. Nous créerons dans le cadre du plan d’investissement une prime exceptionnelle de 1 000 euros pour permettre à tous ceux dont les véhicules ont été fabriqués avant 2001 d’acheter des voitures plus écologiques, qu’elles soient neuves ou d’occasion.

  • Thème 3 – Croissance des énergies renouvelables

Dans un monde aux ressources finies, les énergies renouvelables sont notre avenir. Nous devons accélérer leur développement, source d’activités économiques, d’emplois, d’amélioration du pouvoir d’achat et d’indépendance nationale. Nous financerons le développement des énergies renouvelables : d’ici à 2022, nous avons pour objectif de doubler la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque. Nous soutiendrons le développement des énergies marines renouvelables afin d’atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique et de construire une filière industrielle française. Nous nous engageons à tenir l’objectif de 32 % en termes d’énergies renouvelables. On doit accélérer les investissements dans ce secteur. L’État devra encourager l’investissement privé pour mobiliser 30 milliards d’euros d’investissements. Nous en finirons avec les procédures qui s’empilent, en raccourcissant et en simplifiant les procédures de déploiement des énergies renouvelables. Nous focaliserons les efforts de recherche, de développement et d’investissement des opérateurs sur le stockage de l’énergie et les réseaux électriques intelligents. Nous réduirons notre dépendance à l’énergie nucléaire, en maintenant le cap de 50 % d’énergie nucléaire à l’horizon 2025. Parce que nous savons aujourd’hui ne pas disposer de tous les éléments de connaissance nécessaires, nous prendrons nos décisions stratégiques une fois que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) – dont les moyens seront consolidés – aura rendu ses conclusions, attendues pour 2018, sur la prolongation des centrales au-delà de 40 ans. La fermeture de la centrale de Fessenheim sera confirmée. Elle interviendra au moment de la mise en service de l’EPR de Flamanville. 

  • Thème 4 – Transition et dynamique sociale

Nous accompagnerons les territoires dans la transition énergétique. L’État soutiendra les régions. Il leur accordera des fonds si elles s’engagent à réduire leur empreinte environnementale, notamment à travers le soutien à l’objectif de sortir la France des énergies fossiles, la production d’énergies renouvelables locales ou les nouvelles formes de mobilité. Elles devront aussi créer des emplois parce que la transition écologique en créera mais en détruira d’autres. Ces contrats soutiendront l’accompagnement des “travailleurs perdants” pour les reconvertir et les faire évoluer vers les secteurs en croissance.

Article paru dans Energie Plus 584 du 15 avril 2017

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site