Le Syndicat des énergies renouvelables veut du concret

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

À quelques jours de la conférence environnementale, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) vient de présenter son plan de relance. «Nous faisons le constat que la situation devient alarmante dans plusieurs filières, a insisté Jean-Louis Bal, président du SER. Il y a un très net ralentissement du développement des énergies renouvelables et il ne faudrait pas compromettre nos engagements européens.» Pourtant, sur le papier, la France semble sur les rails et remplit quasiment ses objectifs transitoires à 2012 en affichant 13,7 % d’énergies renouvelables dans la consommation (NDLR : l’objectif était de 14 %).

«Ces chiffres masquent la réalité et plusieurs filières ont du retard, a souligné Jean Louis Bal. Si rien ne change, nous n’atteindrons pas 23 % d’EnR dans la consommation en 2020 mais seulement 17 %.» Le report de l’examen de la loi sur la transition énergétique inquiète car les professionnels du secteur veulent des solutions et vite. «Nous voulons un vrai pilotage par l’État, une stabilité des interlocuteurs et que les décisions puissent se prendre, a plaidé Jean-Louis Bal. Le plan de relance doit être lancé sans attendre la loi sur la transition énergétique.» Justement, il se découpe en deux parties : les mesures à court terme et les mesures à moyen terme.

Dans les six prochains mois, le SER souhaiterait voir avancer plusieurs sujets : l’amélioration du pilotage des énergies renouvelables au niveau national et régional, la création d’un choc de simplification, la sécurisation de l’économie des projets, le renforcement de la fiscalité écologique, le lancement et la pérennisation de nouvelles filières et l’abaissement de la facture énergétique des consommateurs. Au total, 23 propositions sont déclinées sous ces différents thèmes comme notamment le partage équitable des coûts d’adaptation du réseau électrique entre producteurs et gestionnaires de réseau «qui est le problème n°1 du développement des projets sur le terrain à l’heure actuelle» comme l’a indiqué Damien Mathon, délégué général du SER. Enfin, à moyen terme, le SER souhaite que le gouvernement établisse un projet législatif permettant de se donner les moyens d’atteindre les objectifs de 2020.

Pour en savoir plus...

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site