Le CESE encourage un transport maritime plus vertueux

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Le 12 avril 2017, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a rendu un avis sur la politique européenne de transport maritime. Il formule des propositions qui pourront être portées par la France à l’occasion de la révision à venir de la stratégie européenne sur le sujet.

2017 est “l’année européenne du shipping”. Les autorités de l’Union entreprennent la révision de leur stratégie sur le transport maritime. Adoptée en 2009, elle arrive à échéance en 2018. Son but était de contribuer à «rendre durables et compétitives les activités de transport maritime actuelles et futures». Du point de vue environnemental, la Commission souhaitait promouvoir une filière plus écologique, allant jusqu’à envisager d’«aller vers zéro déchet zéro émission». Des progrès ont été accomplis, notamment avec l’adoption de l’indice nominal de rendement énergétique – obligatoire pour les navires construits depuis 2013 – et la mise en place du système MRV pour répertorier les émissions du secteur. Mais il reste beaucoup à faire. Le Forum international des transports (FIT) estime qu’il devrait réduire ses rejets de CO2 de 400 000 tonnes d’ici 2050 pour contenir le réchauffement climatique en dessous de 2 °C. Pourtant, c’est l’inverse qui se produit : si cette activité représente actuellement moins de 3 % des émissions mondiales de GES, ses rejets ont crû de 66 % entre 1990 et 2012. Si cette tendance se confirme, ils devraient exploser de 50 % à 250 % d’ici le milieu du siècle. Le CESE propose quelques mesures pour améliorer le bilan écologique du secteur.

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 587 du 1er juin 2017
 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site