Italie : une stratégie nationale énergétique en transition

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Longtemps cantonnée dans son rôle d’importateur de combustibles fossiles, ayant raté les premières vagues de développement des énergies renouvelables – hormis la géothermie – malgré un fort potentiel, précurseur du nucléaire puis abandon de cette énergie, l’Italie se cherche depuis des décennies. Le soudain “boomˮ des EnR et l’européanisation du secteur remettent la politique énergétique au cœur du projet.

La politique énergétique italienne a été marquée depuis des décennies par des oscillations. Le pays est surtout connu pour ses importations. Bien qu’historiquement producteur de gaz et malgré une compagnie pétrolière et gazière d’envergure internationale, Eni, le pays est en effet importateur net de pétrole et de gaz. C’est un des plus grands consommateurs de ces deux énergies de l’Union européenne. Malgré une compagnie d’électricité parmi les plus grandes d’Europe (et mondiale), Enel, le pays souffre de carences en électricité depuis des années, s’approvisionnant chez ses voisins directs : Suisse, France, Allemagne et même Slovénie. Une dépendance aux importations qui avait fait de l’Italie l’un des pays fer de lance du nucléaire dans les années 1970 (quatre réacteurs avaient été construits), avant le brutal moratoire de 1987, conséquence directe de l’accident de Tchernobyl. Un moratoire dont le pays avait décidé de sortir… jusqu’à Fukushima, qui a remis de ce côté des Alpes une chape de plomb sur cette énergie.

Le charbon, également importé, n’a pas vraiment réussi à percer dans le pays, même si une bonne partie des centrales les plus polluantes et les plus anciennes font l’actualité. Enfin, côté énergies renouvelables, le pays dispose d’un parc hydraulique conséquent (22 GW) largement situé au nord de la péninsule. Mais il a fallu attendre 2010 avant de voir une percée du solaire photovoltaïque (plus de 9 GW ajoutés en 2012, pour atteindre 18 GW en 2013) alors que l’éolien a progressé lentement depuis les années 2000 pour toucher les 9 GW fin 2013...

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 534 du 1er novembre 2014

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site