Les bâtiments au régime “décarboné”

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

En vue de préparer le terrain à une nouvelle réglementation environnementale, les pouvoirs publics expérimentent le label E+C-, dont la grande nouveauté réside dans l'établissement de l'empreinte carbone des bâtiments sur l'ensemble de leur durée de vie. Les critères de ce volet carbone, peut-être trop drastiques en l'état, pourraient faire l'objet d'ajustements d'ici à 2020.

Dans la foulée des accords de Paris à l’occasion de la Cop 21 en 2015, la France a pris des engagements ambitieux en matière de politique énergétique. Dans le secteur du bâtiment, cette ambition se traduira par une nouvelle réglementation, non plus “thermique” comme c’est encore le cas actuellement avec la RT 2012, mais “environnementale”. En guise de rodage, le ministère du Logement sous l’ancienne mandature a lancé fin 2016 une phase d’expérimentation basée sur le volontariat, et s’appuyant sur le label E+C- (pour “énergie positive et réduction carbone”), élaboré par plusieurs groupes de travail, sous la houlette de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et du paysage (DHUP), dépendante du ministère de l’Écologie. Ce afin que la filière soit en mesure de respecter cette future réglementation à des coûts raisonnables. D'application volontaire, le label marque à plusieurs titres une avancée supplémentaire par rapport à l'actuelle RT 2012.

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 609 du 1er juillet 2018

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site