Certificats d'économies d'énergie TEPCV, outil efficace des petites collectivités

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Un an après le lancement du dispositif des CEE dédiés aux TEPCV (Territoires à énergie positive pour la croissance verte), Certinergy, filiale du Groupe Effy, a dressé lors d’une conférence le 15 juin 2018 un bilan de la période écoulée avec les acteurs institutionnels et de terrain.

Les certificats d’économies d’énergie sont aujourd’hui, selon les termes de Nicolas Garnier, délégué général d’Amorce, «probablement le dispositif le plus sûr pour les collectivités qui souhaitent monter des politiques énergétiques.» Mais le dispositif est complexe, surtout pour des petites communes ayant peu de personnels, et encore mal connu des acteurs locaux. C’est pourquoi depuis un an, les territoires à énergie positive pour la croissance verte bénéficient du programme CEE “Économies d’énergie dans les TEPCV” (fiche PRO-INNO-08). L’objectif : «Créer un programme simple et rémunérateur pour que les collectivités goûtent aux CEE et poursuivent leurs actions dans les années suivantes», explique Alexandre Dozières, chef du bureau économies d’énergie et chaleur renouvelable de la DGEC, à l’occasion d’une conférence organisée par Certinergy le 15 juin dernier.

27 fiches d’opérations standardisées ont été sélectionnées, et le critère de financement est à contre-courant du fonctionnement traditionnel. En effet, les collectivités sont rémunérées non pas au mérite des économies d’énergie réalisées mais en fonction du coût des actions. Celles-ci concernent la rénovation de l’éclairage public extérieur, l’isolation ou le changement de chauffage pour les bâtiments publics, l’isolation ou le changement de chauffage pour les logements résidentiels individuels, le raccordement d’un bâtiment public ou résidentiel à un réseau de chaleur. Cette initiative fonctionne, puisque le Pôle national des CEE attend la réception de 50 TWh cumac d’ici fin 2018, voire 2019. «Si ces perspectives se réalisent, nous aurons atteint notre objectif», estime Alexandre Dozière. Mais ce programme n’a pas vocation à durer dans le temps. Il prend fin le 31 décembre prochain, pour que les collectivités familiarisées avec les CEE utilisent ensuite le dispositif classique. Les élus locaux appellent de leurs vœux la poursuite du programme. «Cette fiche a permis de “booster” l’action des petites communes et a incité à la réalisation de travaux parce que le financement était disponible, déclare Guillaume Ader, responsable du pôle public chez Certinergy. On est revenu à l’utilisation originelle du CEE : un outil qui pousse les maîtres d’ouvrage publics à entreprendre des travaux sur les écoles, l’éclairage public, les salles des fêtes, et améliore la situation des territoires et de leurs administrés.»

  • Des travaux plus facilement engagés

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 609 du 1er juillet 2018

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site