Stockage d'énergies : le rapport Irena pour les zones rurales ou isolées

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

En janvier 2015, l’Agence internationale de l'énergie renouvelable (Irena) publiait un rapport sur le stockage d'énergies. L’organisation pointe notamment dans cette étude l’importance du stockage d’électricité pour des zones rurales ou insulaires déconnectées du réseau. Une importance qui devrait croitre dans les prochaines années.

Les régions sans réseaux électriques pourraient directement passer de la précarité énergétique aux EnR couplées à des systèmes de stockage par batterie. Selon l’Irena, elles présentent un marché immédiat pour le déploiement de ce type d’installations. Les initiatives ont d’ailleurs tendance à se multiplier (voir encadrés). Actuellement, ces espaces utilisent souvent des groupes électrogènes diesel polluants pour assurer leur production, dont le coût dépend des fluctuations des prix des carburants. Mais compte tenu de l’isolement et des distances de transport, les coûts sont élevés : plus de 0,352 $/kWh alors que les EnR ont un prix compris entre 0,05 et 0,25 $/kWh. Le développement de ces technologies est une réponse à cette coûteuse dépendance mais cela nécessite de mettre en place des systèmes de stockage d'électricité pour assurer un approvisionnement constant.

Des économies de carburants à des coûts maîtrisés

Une étude menée par la Banque interaméricaine de développement (BID), dont les résultats sont repris par l’Irena démontre la pertinence de la mise en place de solutions de stockage dans ces zones. Les chercheurs ont créé un modèle d’une île alimentée en électricité par des générateurs diesel et des éoliennes, avec une turbine gaz pour assurer la pointe...


Lire la suite dans Energie Plus 559 du 1er février 2016

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site