Comptage de l'énergie : bien choisir ses instruments de mesure

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Lors d’un plan de comptage, la question de l’investissement dans de nouveaux instruments de mesure se pose d’emblée. Avant le grand plongeon dans les catalogues, rappel de quelques règles de sécurité.

Décidément, les nouvelles technologies de l’information et de la communication révolutionnent tous les secteurs. « Dans le domaine des compteurs électriques, le passage à des organes de mesure communicants est l’innovation majeure de ces dernières années. Aujourd’hui, ils sont même plus que communicants : ils sont connectés. Grâce à Internet, les données mesurées viennent s’agréger à d’autres, et créent de l’information. Cet amalgame inédit apporte une aide précieuse aux décideurs », analyse Jean-Éric Garnier, directeur général d’Enerdis, la filiale du groupe Chauvin Arnoux spécialisée dans les équipements fixes de mesures, de contrôle et de supervision des réseaux électriques.

La transmission des signaux depuis les capteurs vers une gestion technique centralisée (GTC) est donc devenue un enjeu important. Mais en amont des serveurs, il s’agit de prêter attention au plus petit maillon de la chaîne : la mesure à un instant T d’un paramètre physique. Sa performance repose sur l’interaction entre un appareil adapté, un environnement contrôlé et un opérateur compétent. Une “Sainte-Trinitéˮ qu’un industriel doit toujours garder en tête, accompagnée d’une question sacrée : en ai-je vraiment besoin ?

(...)

Lire la suite dans Energie Plus n°523 du 1er avril 2014

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site