Les éoliennes changent d’échelle et… de potentiel !

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Les éoliennes terrestres ont changé notre paysage électrique. Mais elles, comment ont-elles changé ces dix dernières années ? Évolution ou révolution ?

Les éoliennes ont le vent en poupe ces deux dernières années selon un rapport publié par l’Observatoire éolien en novembre dernier (voir également page précédente). Après un pic en 2008/2009 les installations ont plongé de -45 % puis elles sont remontées en 2014. La production éolienne a atteint 17,2 TWh en 2014 et a représenté 4,1 % de la consommation électrique française. La barre des 10 GW raccordés a été franchie en octobre 2015. Le rapport dénombre12 500 emplois liés au secteur de l’éolien en France en 2015, soit une augmentation de 15,4 % par rapport à 2014. Le secteur compte 750 entreprises actives dans l’éolien réparties en 1 700 établissements sur le territoire français ; ils concernent les bureaux d’études, les mesures de vent, la fabrication de composants, l’ingénierie et la construction, l’exploitation et la maintenance. C’est dire que le paysage de l’éolien s’est modifié considérablement ces 10 dernières années. Et les machines ?

  • Des dimensionnements plus grands

Elles sont déjà plus grandes qu’auparavant. Les éoliennes mises en service au cours des 6 premiers mois de 2014 atteignent, en moyenne, 136 mètres en bout de pale contre 106 mètres en 2005. Elles présentent une puissance unitaire moyenne de 2,2 MW, un mât de 89 m de hauteur, contre 72 m en 2005 et un rotor de 96 m de diamètre, contre 70 m il y a dix ans. «Les technologies disponibles ainsi que les projets en cours de développement pourront à l’avenir permettre d’installer des éoliennes dépassant les hauteurs de 150 m en bout de pale», prévoit l’Observatoire éolien. Olivier Aymard, responsable du business développement chez Senvion France, discerne plusieurs points d’évolution : «Avec l’augmentation des diamètres des rotors et la hauteur des mâts, d’autres facteurs ont influé sur le développement de l’éolien. La puissance des turbines a augmenté. En 2005, en moyenne, nos machines délivraient une puissance de 1,3 MW, aujourd’hui c’est environ 3,2 MW. Le passage à une production plus importante, avec par exemple plus de 100 machines par an en vente pour Senvion, a rendu les prix de plus en plus compétitifs, tout comme la chute du prix de l’acier. Des évolutions ont aussi été nécessaires pour améliorer et faire évoluer le design des pales. Par exemple en acoustique, la réglementation impose de ne pas dépasser +5 dB le jour et +3 dB la nuit. Pour éviter de toucher au processus de production des pales, un élément est implanté en bout de pale pour arriver aux résultats requis

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 561 du 1er mars 2016

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site