Transition énergétique : où se cachent les euros ?

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Faire la transition énergétique, c’est bien. La financer, c’est mieux… Pour trouver des solutions, les ministres attendent des propositions concrètes du monde bancaire et des autres partenaires.

Les travaux d’été vont être intenses pour les membres des groupes de travail participant à la Conférence bancaire et financière pour la transition énergétique. Lancée le 23 juin 2014 par Ségolène Royal et Michel Sapin, ministres respectivement en charge de l’Énergie et des Finances, cette Conférence doit voir ses travaux aboutir le 21 juillet, voire le 15 septembre pour les sujets les plus complexes. C’est-à-dire quasiment demain… mais la ministre a insisté pour que les résultats des travaux soient disponibles lors du lancement du débat parlementaire sur le projet de loi de programmation pour un nouveau modèle énergétique français. Ce court délai tient aussi au fait que beaucoup d’éléments de réflexion sont déjà sur la table : on en parle au moins depuis le Grenelle Environnement en 2007 ! Le projet de loi entérine aussi certains choix, ce que Ségolène Royal n’a pas manqué de rappeler pendant le lancement de la Conférence, tout en demandant aux banques de se mobiliser pour amplifier l’effet de levier des soutiens publics.

Les deux premiers groupes de travail portent sur la rénovation thermique des logements des particuliers, l’un sur l’amélioration de la lisibilité de l’ensemble des aides publiques susceptibles d’être mises en œuvre, l’autre sur les modalités du tiers financement. Sur ce thème du bâtiment, la ministre a fait valoir que le projet de loi prévoit déjà une simplification et un renforcement du crédit d’impôts pour les travaux de rénovation (30 % des coûts, éligible dès une seule opération). Est aussi prévue la création d’un fonds de garantie pour débloquer les prêts, ainsi que la relance de l’éco-prêt à taux zéro. Ce dernier n’a en effet eu aucun succès, avec seulement 33 000 contrats par an, « soit moins de un par jour et par département en moyenne », relève Sylvia Pinel, ministre en charge du Logement. On est très loin d’aller vers l’objectif de 500 000 rénovations par an.

Éco-PTZ en première ligne
La refonte de l’éco-PTZ passe par le transfert de la vérification des dossiers aux artisans alors qu’il avait été donné aux banques jusqu’alors. Beaucoup d’acteurs se sont félicités de ce changement de l’éco-PTZ, en premier lieu le président de la FFB, Jacques Chanut, qui rappelle qu’il faut donner à ce marché de la rénovation un modèle économique stable. Les représentants des banques, comme le Crédit foncier ou le Crédit mutuel, ont aussi apprécié ce remodelage de l’éco-PTZ car ce n’est pas leur métier d’instruire les dossiers techniques. 

(...)

Lire la suite dans Energie Plus n°530 du 15 juillet 2014

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site