Énergie et climat : l’ambitieux Plan climat parisien

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

La ville de Paris a présenté son nouveau Plan climat le 7 novembre 2017. Il s’appuie sur 500 mesures dans divers secteurs et vise la neutralité carbone de la capitale en 2050. De décembre à février, il fera l’objet d’une consultation publique.

Devenir neutre en carbone d’ici 2050, c’est le pari ambitieux de la ville de Paris. Elle a choisi de suivre l’objectif de la feuille de route commandée au printemps dernier au groupement de sociétés de conseil Elioth (voir Énergie Plus n° 583). Mais pour atteindre ce but, elle doit déjà accélérer. Le nouveau Plan climat détaille les actions à mener avant 2020. Elles portent sur la rénovation thermique des bâtiments, l’approvisionnement en énergies renouvelables et le développement d’outils pour financer la transition énergétique sur le territoire. La Ville se dotera d’un fonds d’investissement dédié à la transition écologique. Ces mesures doivent permettre de réduire de 25 % les émissions et les consommations parisiennes et d’avoir 25 % d’EnR dans la consommation par rapport à 2004.

  • Produire et économiser son énergie

Le Plan Climat définit un plan d’actions opérationnel 2020-2030 afin d’atteindre la neutralité carbone au milieu du siècle. Il a pour ambition de faire de la capitale une ville 100 % renouvelable. Mais d’ici 2050, il ne prévoit que 20 % de production d’EnR locales, en particulier grâce aux panneaux photovoltaïques, qui devront couvrir 20 % des toits parisiens, mais aussi à la géothermie. Le sous-sol pourrait produire 330 GWh/an supplémentaires. Mais comme cela ne suffira pas, il faudra compter sur la coopération d’autres territoires. Paris «entend construire avec des collectivités de nouveaux partenariats territoriaux gagnant-gagnant et investir pour développer la production d’énergies renouvelables également au-delà de ses frontières», précise le document. Pour couvrir 100 % de ses besoins, elle participera à l’installation de 50 km² de panneaux solaires et de 3 000 éoliennes en 2050, mais aussi à 9 TWh de biogaz à horizon 2030. La commune coopérera avec les gestionnaires de réseaux pour développer des réseaux plus intelligents. Afin de décider de son avenir énergétique, Paris se dotera d’une gouvernance locale de l’énergie et de moyens d’actions renforcés, ainsi que d’un nouveau service public dédié à la donnée énergétique afin d’offrir aux usagers un accès gratuit à leurs consommations. Il sera piloté par l’Agence parisienne du climat (APC). Enfin, dès 2018, Paris se dotera d’un schéma directeur de la chaleur et du froid. Elle développera un réseau de froid urbain sur l’ensemble de son territoire. Il n’en couvre que 38 % aujourd’hui.

Cette énergie durement produite, il faudra l’économiser. Dans le logement, la Ville ambitionne de réduire d’un tiers sa consommation d’ici 2030 et de moitié en 2050 par rapport à 2004. Les bâtiments neufs devront dès 2018 viser une consommation réglementaire de 50 kWhEP/m²SP/an et ambitionner d’atteindre la neutralité énergétique. La mairie envisage surtout un vaste plan de rénovation. D’ici 2020, 30 000 logements sociaux et 300 écoles auront été rénovés, et...

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 597 du 15 décembre 2017

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site