L’Ademe évalue les nouveaux modes de transport

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

À l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité, l’Ademe a dévoilé deux travaux qu’elle a menés sur les services vélos et le covoiturage sur courte distance. Leur développement permet de diminuer le niveau de motorisation, mais il nécessite des politiques ambitieuses de la part des collectivités et entreprises.

Les transports sont responsables de 35 % des émissions de gaz à effet (GES) et de 32 % de la consommation d’énergie finale en France. En 2013, les déplacements sur les routes représentaient plus de 80 % des émissions du secteur, dont 80 % pour les voitures. Si l’on y ajoute les problèmes de qualité de l’air, de bruit et d’encombrement qu’elles génèrent, faire évoluer les comportements des usagers est indispensable. D’autant plus que les trajets domicile-travail croissent sans cesse : en région parisienne, ils sont passés de 900 000 à 1 million durant les dix dernières années. Ces déplacements ont un coût important : 50 Md€ sont dépensés chaque année en France pour s’approvisionner en pétrole, notamment pour les transports.

À l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité, qui s’est déroulée du 16 au 22 septembre, l’Ademe a présenté deux travaux réalisés sur les services vélos et le covoiturage sur courte distance. Pour développer ces usages, l’Agence montre que la complémentarité entre les différents modes de transports est essentielle. Tout comme l’implication des collectivités locales et des entreprises. L’essor de ces pratiques semblent inéluctable : «Il y a déjà des changements en matière de mobilité avec le développement d’offres intermodales et on constate une moindre appétence des jeunes générations pour la voiture individuelle», estime Marie-Christine Prémartin, directrice exécutive programmes de l’Ademe.

Les services autour du vélo ont un impact positif sur l’environnement

De nombreuses collectivités ont déjà mis en place des offres de vélos en libre-service. Mais bien d’autres types de services sont possibles : locations de vélos classique ou à assistance électrique (VAE), aides à l’achat de VAE, vélos-écoles, stationnements intermodaux en gare et milieu urbain et services vélos en entreprises ont été répertoriés et analysés par l’Ademe. Trois sont particulièrement efficaces pour permettre aux ménages de se “démotoriser”. 14 % des abonnés à une consigne en gare destinée à garer les vélos se sont séparés d’une voiture et 6 % ont renoncé s’en équiper. 9 % ont aussi fait ces choix après avoir souscris à un service de location de vélos classiques. Pour laisser la voiture au garage, la location de VAE semble la plus efficace : «15 % des utilisateurs de ce type de service ont abandonné leur voiture et 13 % ont renoncé à l’achat d’un véhicule», annonce Johan Ransquin, chef du service transports et mobilités à l’Ademe...

(...)

Lire la suite dans ENERGIE PLUS 573 du 15 octobre 2016
 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site