Le bâtiment cherche à réduire ses rejets de gaz à effet de serre

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Depuis deux ans, l’industrie du bâtiment s’est décidée à réduire ses émissions de carbone en France. Le secteur privé a créé la certification “Bâtiment bas carbone” alors que les autorités expérimentent depuis peu le label “Énergie carbone”. Ces deux initiatives ont pour point commun de prendre en compte les émissions de GES sur toute la durée de vie des immeubles.

Pour 1 m2 construit, c’est 1 tonne de CO2 émise. Partant de ce constat qui fait du secteur le premier consommateur d’énergie en France, la filière se structure peu à peu pour réduire son empreinte carbone. Le logement représente 27 % des émissions du pays, ce qui le positionne à la première place devant les transports selon le Commissariat général au développement durable (CGDD). L’Ademe confirme qu’il est en tête des consommateurs d’énergie (45 % de la consommation nationale d’énergie finale dont 65 % pour le résidentiel et 35 % pour le tertiaire) mais ne le considère que comme le 4e émetteur de GES de l’Hexagone. Il représenterait 18 % des émissions nationales.

En moins d’un an, deux nouveaux labels ont vu le jour afin d’y remédier. “Bâtiment bas carbone” (BBCA), entré en vigueur en mars 2016, est porté par une association de professionnels de la filière composée de cabinets d’architectes, de constructeurs ou de financeurs. Parmi ses 140 membres, il y a des groupes comme Vinci, Eiffage, Bouygues, ou BNP Paribas. En parallèle, une autre initiative a vu le jour sous l’impulsion des ministères de l’Environnement et du Logement. Ce label “Énergie carbone” a été lancé en octobre pour une période d’expérimentation de 2 ans. Il préfigure la future règlementation thermique 2018-2020 qui devrait remplacer la RT 2012.

Un label pensé par la profession

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 578 du 15 janvier 2017

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site