Tribune : vers une meilleure intégration des marchés européens de l’électricité

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Par Victor Flamand, consultant chez mc2i Groupe

Les marchés de l’électricité fonctionnent sur le même principe d’équilibre permanent entre production et consommation. De nombreux risques ou aléas (variation des températures, surconsommation, défaillance réseau) font fluctuer la consommation alors que la production est globalement stable et prédictible.
L’électricité ne se stockant pas, un des enjeux de chaque gestionnaire réseau de transport (GRT) est de garantir l’équilibre du réseau, grâce à des mécanismes de marché (réserve, baisse de consommation, effacement, etc.) permettant d’injecter ou de soutirer de l’électricité sur le réseau et ainsi conserver sa fréquence nominale de 50 Hz.
Le Network Code on Electricity Balancing (NC EB) a pour ambition d’harmoniser les codes régissant certains mécanismes de marché à l’échelle européenne pour créer un marché d’ajustement européen facilité.

  • Des échanges de produits standards sur des plateformes européennes

Parmi les grands principes sur lesquels reposent le règlement “NC EB” il y en a trois qui sont fondamentaux :
- la clarification des responsabilités des différents acteurs (responsables d’équilibre, fournisseurs de services d’ajustement, gestionnaires de réseau de transport).
- la différenciation des marchés de l’énergie et de l’équilibrage ainsi que la mise en place de plateformes communes pour partager les offres d’ajustement à une maille européenne.
- la nécessité pour ces offres d’ajustement d’être comparables entre elles et donc standardisées afin de permettre leur partage au niveau européen.
Historiquement, les caractéristiques et les modalités d’activation des mécanismes d’ajustement de chaque pays ont été pensées selon les éléments propres à leur marché : mix énergétique, taille du réseau et congestion possible, niveau de concurrence…


Par exemple aujourd’hui, dans certains pays on peut déjà activer de manière dissymétrique les réserves primaires et secondaires (activation à la hausse différente de l’activation à la baisse), ce qui est impossible en France et devrait changer avec l’EB.

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 598 du 15 janvier 2018

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site