Débat public sur la PPE : le G400 s'est exprimé

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Le débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) organisé par la Commission nationale du débat public (CNDP) a fait l’objet ce samedi 9 juin d’une première : 400 Français tirés au sort se sont retrouvés ensemble à l’Assemblée nationale pour répondre à quelques questions essentielles du débat.

Comme l’a fait remarquer Chantal Jouanno, présidente de la CNDP, « c’est la première fois que l’on fait ainsi rentrer le débat public dans le débat politique, grâce à l’accueil de la parole citoyenne au sein de l’Assemblée nationale ». Bénéficiant de quelques documents d’informations, les citoyens avaient donc l’après-midi pour se faire un avis (s’ils n’en avaient pas déjà un) et formuler leurs réponses individuelles à 12 questions. Tâche ardue au moins pour deux raisons : beaucoup de personnes de ce G400 avaient été “recrutés” tardivement et n’ont eu que très peu de temps pour prendre connaissance des documents ; et le questionnaire en lui-même réduit grandement le champ des possibles pour exprimer un point de vue. A titre d’exemple, la question sur la mobilité se cantonne à un point sur les véhicules électriques (question n°4) et aucune interrogation n’est faite sur les économies d’énergie ! Chacun pourra d’ailleurs se faire un avis sur ce questionnaire puisqu’il est en ligne et que tous les Français sont invités à le remplir. 

Selon Jacques Archimbault, président de la commission particulière de ce débat public (CPDP), il devrait y avoir à terme 10 000 questionnaires remplis. Cette approche quantitative est complétée par environ 90 réunions publiques qui vont permettre à la CPDP d’analyser les arguments qualitatifs portés par les uns et les autres. La CPDP présentera les grandes lignes de son analyse au Conseil économique, social et environnemental le 29 juin, et son rapport final sera terminé à la fin de l’été. Le texte de la PPE, déjà en cours de préparation par la DGEC et paradoxalement non disponible pour ce débat, devra alors prendre en compte ce que les citoyens auront exprimé. Selon quelques échos, le vote du G400 serait apparemment en faveur du développement des énergies renouvelables et de la fermeture d’autres centrales nucléaires que Fessenheim avant 2028. La PPE intégrera-t-elle ces souhaits populaires s’ils se confirment ? Réponse à l’automne…

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site