RTE encore rassurant pour le passage de l’hiver

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Face à la pointe de consommation d’électricité qui attend généralement la France en hiver, le gestionnaire du réseau de transport se doit chaque année de faire une analyse de la situation. Chose faite récemment avec un message toujours rassurant de RTE : l’équilibre offre-demande sera bien assuré encore cet hiver 2015-2016. Néanmoins, cet équilibre se fait dans un contexte où plusieurs centrales électriques à charbon ferment, ce qui nécessite de bien vérifier que les autres moyens de production et les réductions de consommation seront au rendez-vous.

Côté demande, RTE anticipe une consommation totale d’électricité entre mi-novembre et fin mars de 222 TWh. Sur cette période, l’appel de puissance oscillera entre 67 et 85 GW au moment des pointes de consommation, à températures normales. L’écart avec les creux de consommation est de 20 à30 GW environ. Chaque degré perdu en température déclenche l’appel de 2400 MW supplémentaires. Les différents scénarios climatiques étudiés par RTE montrent que la pointe pourrait grimper jusqu’à 109 GW. Heureusement, les politiques d’efficacité énergétique conduisent à la stabilisation de la consommation, notamment dans le secteur du bâtiment, malgré l’augmentation du parc de logements. Cela tient notamment à l’application de la réglementation thermique 2012 qui conduit progressivement à une plus faible installation du chauffage électrique par effet Joule dans les logements neufs : sa part de marché, qui dépassait 60 % entre 2005 et 2009, avoisine les 10 % désormais. L’installation de pompes à chaleur plus efficaces, ainsi que le remplacement des luminaires par des éclairages performants (basse consommation, LED), conduit à minimiser la thermo-sensibilité électrique. Toutes ces mesures d’efficacité énergétique permettent, selon RTE, d’économiser 2 TWh chaque hiver d’ici à 2020.

Côté offre, RTE fait état d’une bonne disponibilité du parc nucléaire ainsi qu’une plus grande puissance disponible des énergies renouvelables : +1700 MW d’éolien et de photovoltaïque par rapport à l’hiver dernier (autant qu’un EPR…). Au regard des scénarios climatiques pris en compte, l’éolien produit en moyenne à 27% de sa pleine puissance, tandis que le solaire photovoltaïque est adapté au passage du plateau de consommation aux alentours de 12h, avec une puissance disponible qui augmente de 1500 MW à 3000 MW entre décembre/janvier et mars. Parallèlement, le parc de production voit se fermer 1250 MW de 5 centrales à charbon ne respectant plus les normes environnementales. Un manque qui est compensé par les volumes d’effacement : même si ceux dus aux signaux tarifaires diminuent (à cause de la fin des tarifs réglementés de vente aux professionnels), RTE lance un appel d’offres qui conduit à la possible activation de 2000 MW d’effacement à partir de janvier 2016.

Au final, l’équilibre est donc toujours maintenu, y compris en cas de froid intense et durable (6 à 8°C en dessous des températures de référence), même si, dans ce cas-là, la France devra importer jusqu’à 6300 MW en janvier et février. Au moment le plus critique, la France disposerait tout de même de 1000 MW au-dessus du minimum requis pour la sûreté du système, contre plus de 8000 MW en général.

Sur le site internet de RTE : la synthèse du rapport sur l’hiver, ainsi que le bilan prévisionnel

 

 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site