Tepos : des territoires plein d’énergie positive

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Les Territoires à énergie positive (Tepos) proposent une vision de la transition énergétique qui fait la part belle à la réappropriation par les acteurs locaux de leurs enjeux énergétiques, environnementaux, économiques et sociaux.

Un modèle économique et territorial original vient d'être retenu dans l'appel à candidatures “100 projets pour le climat”, valorisant les solutions innovantes face au changement climatique : il s'agit des centrales villageoises, initiées par Rhônalpénergie-Environnement (RAEE) et les Parc naturels régionaux (PNR). Ayant vocation à développer les énergies renouvelables sur un territoire en associant l'ensemble des acteurs – collectivités, citoyens, entreprises, etc – ces sociétés locales ont été lancées en 2010 en pleine crise de la filière photovoltaïque sur 5 PNR et 8 territoires pilotes.

Fin 2012, les premières centrales ont vu le jour après une phase d'animation et d'études. Administrées essentiellement par des citoyens, elles ont développé un premier projet photovoltaïque, avec des groupements d'installations en toiture sur les collectivités engagées. En 2014, le premier projet solaire a été mis en service dans le Parc naturel régional du Pilat. Fin septembre 2016, on comptait six projets PV fonctionnant pour une puissance cumulée de 420 kWc répartie sur 48 installations. Aujourd'hui, 17 territoires sont officiellement impliqués dans le déploiement des centrales villageoises, démarche qui se rapproche de près de la philosophie prônée dans les Territoires à énergie positive (Tepos) : réduire les besoins d'énergie au maximum, grâce à la sobriété et à l'efficacité énergétique et les couvrir par les énergies renouvelables locales. La clé de voûte de la dynamique repose sur l'animation d'un projet territorial, avec l'implication et pour le bénéfice des acteurs locaux.

Lancés en 2011 par le Cler – Réseau pour la transition énergétique, lui-même animateur du réseau des Tepos, ils sont aujourd’hui une cinquantaine en France. De périmètres variés, allant des petites collectivités aux Pays et territoires ruraux (PETR), ils sont néanmoins le plus souvent une entité plus large que la commune car «c'est à l'échelle d'un territoire que se construit la dimension stratégique de la démarche Tepos et que les dynamiques associées vont pouvoir se structurer, explique Yannick Régnier, responsable de projets au Cler. Le concept de Tepos repose sur l'idée de ne pas se focaliser uniquement sur la collectivité locale et ses compétences, mais bien de dépasser ce cadre.» 

(...)

En savoir plus : http://www.territoires-energie-positive.fr/

Lire la suite dans Energie Plus 574 du 1er novembre 2016

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site