Entretien avec Raphaël Claustre, président de la SEM Énergies POSIT’IF

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Entretien avec Raphaël Claustre, président de la SEM Énergies POSIT’IF : « On débloque le tiers-financement »

Nouvellement arrivé à la tête de la SEM Energies POSIT’IF, Raphaël Claustre rappelle les missions de cette entité “atypique” et les objectifs qu’elle se donne pour le tiers-financement de la rénovation énergétique en Île-de-France.

Energie Plus : Quelles sont les missions d’Énergies POSIT’IF?
Raphaël Claustre : La société d’économie mixte a été créée en 2013 à l’initiative du Conseil régional d’Île-de-France. C’est d’ailleurs notre actionnaire majoritaire, à 57 %, à côté de la Ville de Paris (9 %), du Conseil général (8 %), d’autres entités publiques (11 %) comme des départements, des communautés d’agglomérations ou des syndicats de gestion de l’énergie, ainsi que deux experts financiers : la Caisse des dépôts (9 %) et la Caisse d’épargne (6 %). Face aux manquements du marché pour rénover les bâtiments en copropriété et pour investir dans les énergies renouvelables, la SEM se positionne comme un spécialiste dans ces domaines pour accompagner les projets sur le plan technique et financier.

Energie Plus :  Vous avez-dû faire face à la difficile question du tiers-financement
R. C. : Oui, et ce n’est pas fini ! Le tiers-financement est ce pour quoi nous avons été créés, afin de faciliter l’engagement des copropriétés dans des projets de rénovation énergétique. C’est ce qui nous rend atypiques mais qui nous a freiné jusqu’à maintenant à cause du monopole bancaire. La loi Alur a heureusement donné un cadre au tiers-financement porté par les collectivités et la loi de transition énergétique pour la croissance verte (article 23) permet désormais de déroger à ce monopole. Toutefois pour proposer le tiers-financement, il nous faut respecter la loi Warsmann sur les prêts collectifs qui oblige à avoir une société de caution se portant garante en cas de défaillance d’un copropriétaire. Or c’est un marché étroit avec peu d’acteurs, tous filiales de banques, pas forcément enclins à travailler naturellement avec nous. Mais on est en train de débloquer la situation.

Energie Plus :  En attendant, comment pouvez-vous agir ?

(...)

Energie Plus :  À ce jour, combien de projets soutenez-vous ?

(...)

Energie Plus :  Le changement de majorité au sein du Conseil régional a-t-il eu une incidence ?

(...)

Plus d’informations sur www.energiespositif.fr, notamment sur les formations dispensées par la SEM en partenariat avec l’Arene île-de-France. 

Lire la suite dans Energie Plus 574 du 1er novembre 2016


 

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site