L’hydrogène aux portes de la mobilité

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Les journées de l’hydrogène HyVolution des 4-5 avril derniers ont apporté un éclairage sur les perspectives de cette énergie dans les transports. Il semble que l’H2 pourrait trouver la voie de sa massification dans ce secteur grâce aux flottes professionnelles.

L’hydrogène est porteur de promesse pour décarboner le secteur du transport, dans certaines conditions. Les acteurs de la mobilité invités à échanger lors du salon Hyvolution ont souligné les opportunités de l’hydrogène particulièrement dans les flottes de véhicules professionnelles privées et publiques. En effet, le coût des technologies et la variabilité de l’impact environnemental de l’H2 dans la mobilité portent à privilégier les véhicules électriques à batterie pour l’usage des particuliers. L’Ademe le rappelle dans une fiche technique (“L’hydrogène dans la transition énergétique”) publiée au début du mois d’avril : «L’introduction des véhicules électriques à hydrogène sur les marchés est confrontée à une problématique de coût. La technologie reste chère compte tenu des faibles volumes de production et les offres de véhicules restent limitées à quelques préséries industrielles.» Par ailleurs, «l’hydrogène n’est qu’un vecteur. Aussi, son impact environnemental dépendra de la source primaire dont il est issu, du procédé de fabrication, de la logistique d’approvisionnement mais aussi des impacts liés à la fabrication du véhicule lui-même et de ses équipements

Mais pour les flottes de véhicules professionnelles, dont les contraintes de services ne sont pas adaptées aux véhicules tout électrique, l’hydrogène est une alternative intéressante aux carburants traditionnels : autonomie énergétique accrue, maintien de la charge utile, remplissage du réservoir rapide et donc disponibilité du véhicule, et enfin flexibilité des conditions de raccordement au réseau électrique, ce qui permet de limiter l’augmentation des coûts en cas de flotte importante. Exemple a été donné à Hyvolution avec l’expérience du Syndicat mixte des transports urbains Pau Porte des Pyrénées (SMTU-PPP), qui mettra en service d’ici fin 2019 un bus à haut niveau de service fonctionnant avec une pile à hydrogène, sur l’axe principal nord-sud de la ville. Cette solution a été choisie à l’issue d’une procédure de dialogue compétitif, au terme de laquelle l’offre de GNVert, filiale d’Engie, a été retenue : «Il ne s’agissait pas seulement d’acheter un véhicule zéro émission, mais de repenser l’achat d’un système complet, pour avoir une mobilité durable mais aussi une mobilité performante», indique Lucie Kempf, responsable d'exploitation des transports urbains.

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 605 du 1er mai 2018

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site