Flame : le réseau des Alec mobilisé pour massifier la rénovation des bâtiments

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Réunies à Clermont-Ferrand il y a deux mois, les Agences locales de l’énergie et du climat voient avec intérêt la mise en place des plateformes territoriales de la rénovation énergétique. Elles en sont parties prenantes mais il reste quelques questions de fonctionnement à régler…

Les 34 agences locales de l’énergie et du climat (Alec) se sont réunies pour les 6es rencontres nationales de leur réseau, Flame, début juillet à Clermont-Ferrand. À l’invitation de l’Adhume (voir Énergie Plus n°570) qui fêtait à cette occasion ses 20 ans, plus de 200 participants étaient présents pour différents moments : assemblée générale de Flame, séance plénière et sessions d’ateliers thématiques, programme spécifique pour les élus.

Définies à l’origine au niveau européen, les Alec sont des entités à but non lucratif pilotées par des collectivités et bénéficiant du soutien des pouvoirs publics locaux. Indépendance et autonomie leur permettent de fournir informations, conseils et assistance technique aux utilisateurs d’énergie : les collectivités, les particuliers, les entreprises, etc. En tiers de confiance, les Alec peuvent accompagner sur le long terme les politiques publiques locales et assurer une ingénierie territoriale de projets dans le domaine de l’énergie et de l’environnement. L’expertise de leurs salariés porte sur de nombreux sujets comme l’efficacité énergétique, la sobriété, la qualité environnementale des constructions, la production décentralisée d’énergie et les EnR, la mobilité durable, la qualité de l’air, etc. Dernière caractéristique : les Alec se retrouvent souvent être le guichet unique local sur ces questions énergie/climat avec un périmètre d’intervention infrarégional : un tiers d’entre elles sont au niveau départemental, un tiers à l’échelle d’un EPCI (établissement public de coopération intercommunale) et encore un tiers avec1 un périmètre étendu à une ville, une agglomération ou une métropole.

Avec ce curriculum vitae, les Alec sont forcément parties prenantes des plateformes territoriales de la rénovation énergétique (PTRE) voulues par la loi pour massifier les travaux dans le bâtiment résidentiel. En complément des Points rénovation info service, ces PTRE doivent être les ambassadeurs des aides (1) auprès du grand public via un accompagnement approfondi, tout en mobilisant les professionnels et en construisant des outils financiers innovants. Sur le principe, cela paraît logique, mais dans la pratique… la mise en œuvre est plus compliquée !
(...)

Lire la suite dans Energie Plus 571 du 15 septembre 2016

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site