Coup d'envoi du Plan Energies Renouvelables

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Le comité de pilotage de la Nouvelle France industrielle, réuni le 9 juillet par Arnaud Montebourg, Ministre de l’Economie du Redressement Productif et Numérique, a validé les sept dernières feuilles de route des 34 plans la Nouvelle France industrielle. Dix mois après son lancement, le programme est à présent en ordre de marche. Pour le plan ENR, dirigé par Jean-Claude Andreini, le gouvernement souhaite mettre en place une « France des énergies renouvelables », moins dépendante aux hydrocarbures. Pour stimuler la transition énergétique, les autorités veulent renforcer les filières industrielles nationales matures et porter les autres à la compétitivité économique. Autre défi de taille, « réduire les importations d’énergies fossiles et inverser le solde commercial des équipements pour l’énergie, gage de création de valeur ajoutée et d’emplois sur le territoire ».

Mais pour cela, le plan doit relever trois défis : diminuer les prix de revient des énergies les plus avancées, affirmer le leadership technologique sur les énergies marines, la géothermie ou le solaire photovoltaïque à concentration et déployer les énergies thermiques à des prix abordables. Pour Ségolène Royal, Ministre de l’écologie, « ces filières d’avenir engagent la France sur la voie de la croissance verte, créatrice d’emplois durables tant en Métropole que dans les Outre-mer. » Si ces ambitions se réalisent, 125 000 emplois pourraient être créés à l’horizon 2020.

Une feuille de route que l’ensemble des professionnels réunis au sein du Syndicat des énergies renouvelables (Ser) approuvent. Ils se félicitent que le plan n’écarte aucune des filières et soit construit en accord avec les objectifs inscrits dans le projet de loi sur la transition énergétique. « La feuille de route […] doit nous servir de socle pour déployer, sur des bases solides, l’industrie française des énergies renouvelables. Elle constitue, à cet égard, un outil précieux pour la croissance des filières françaises. Le Ser est très honoré d’avoir été désigné pour contribuer activement à sa mise en œuvre sous l’égide du chef de projet et des industriels composant le comité de pilotage», a déclaré Jean-Louis Bal, Président du Ser. Depuis son démarrage, le plan a déjà suscité plus de vingt nouveaux projets.

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site