Efficacité énergétique : s’engager dans une voie plus performante

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

La vitalité de la filière de l’efficacité énergétique pourrait être bien plus grande dans l’industrie. Offres plus adaptées, soutien à la demande et surtout des financements mieux connus et ciblés sont en cours de réflexion, même si des solutions existent déjà.

Même si le parc industriel français est vieillissant, même si le nombre d’usines a bien baissé ces dernières années, la reprise économique redonne des couleurs à l’industrie (voir l’édito page 3). Le développement de services d’efficacité énergétique, conjointement à de nouvelles possibilités offertes par le digital, est propice à créer un tissu industriel moins consommateurs d’énergie. En effet, malgré les efforts de ce secteur depuis plus de 30 ans – la consommation a baissé de 48 Mtep en 1973 à 29 Mtep en 2014 –, le potentiel d’économies est encore grand. Dans le scénario négaWatt (1) par exemple, la consommation d’énergie finale baisse de 46 % entre 2017 et 2050, par des mesures d’efficacité énergétique sur les process et les utilités, mais surtout par des mesures de sobriété : moindre consommation des citoyens, augmentation du recyclage, fabrication d’objets plus durables, réparables et recyclables, etc. Même s’il est probable que la mondialisation et ce genre de choix de modération entraînent une réduction de la production industrielle à l’avenir, cela n’empêche pas d’améliorer l’intensité énergétique du secteur, en visant continuellement une baisse de la consommation d’énergie finale par volume de production donné.

Passer de la parole aux actes n’a bien sûr rien d’évident. C’est d’ailleurs le message principal de l’étude publiée il y a quelques mois par l’Ademe, le Cetiat, le Gimélec, la direction générale des entreprises au ministère de l’Économie et le pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (2). Son titre en résume le périmètre : Les acteurs, l’offre et le marché de l’efficacité énergétique à destination de l’industrie. Son constat semble sans appel : malgré des objectifs aux niveaux national et européen portés par des outils comme les certificats d’économies d’énergie ou le programme des Investissements d’avenir, la demande des industriels en matière d’efficacité énergétique reste limitée, d’autant plus qu’elle se trouve apparemment face à des offres pas toujours adaptées. L’étude fait donc cinq recommandations.

La première vise à animer et renforcer un dialogue de filière au sein du Comité stratégique de filière éco-industrie (CSF EI) qui dispose d’un groupe de travail efficacité énergétique. L’industrie doit mieux intégrer ce thème à sa “culture” en comprenant mieux les bénéfices qu’elle va tirer d’économies d’énergie, en professionnalisant sa demande. Le CSF EI peut sensibiliser et communiquer à ce sujet, sans compter des actions de formation.

  • Lever les freins au financement

La seconde est en train de voir le jour : il s’agit de créer une nouvelle structure d'animation des acteurs de l'efficacité énergétique dans l'industrie. Le Cetiat et ses partenaires (Cetim, CEA Liten, CTCPA et Enea) ont prévu de lancer cette entité en ce début de mois. Elle réaliserait des actions collectives afin d’informer, sensibiliser et susciter l’innovation. Elle accompagnerait aussi le montage de projets collaboratifs via une offre d’incubation de projets d’innovation.
Une troisième recommandation porte sur le soutien à l’internationalisation de consortiums d’acteurs et une cinquième sur la mise en place d’une mission d’observation de la filière (connaissance des marchés et de leur évolution, valorisation des retours d’expérience).
C’est la quatrième recommandation qui retient plus particulièrement l’attention puisqu’elle ambitionne de lever les freins liés au financement des projets d’efficacité énergétique dans l’industrie. Le rapport a identifié plusieurs enjeux comme...

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 603 du 1er avril 2018

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site