A quelques mois de la Cop 21, les annonces se multiplient

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

C’est une première. Mercredi 24 juin, un tribunal de La Haye a condamné l’État néerlandais à réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 25 % par rapport à 1990, d’ici à 2020. Cette décision a été rendue à la suite d’une plainte déposée par des habitants et l’association Urgenda. Ceux-ci souhaitaient obliger leurs autorités à réduire les émissions de Ges des Pays-Bas de 40 % d'ici à 2020, par rapport aux niveaux de 1990. Car si le pays continue sur son rythme actuel, il baissera ses rejets de 17 % seulement.

Dans le même temps, les contributions des différents pays de la CCNUCC arrivent au compte goutte. Le 1er juillet, c’est la Chine qui a rendues publiques ses propositions. L’Empire du milieu promet de réduire ses émissions par unité de PIB de 60% à 65% d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005, selon un plan d'engagement soumis le 30 juin aux Nations unies. Un signal particulièrement encourageant : parmi les mesures prévues, les autorités ont prévu d’augmenter le stock forestier du pays d’environ 4,5 milliards de m3 par rapport à 2005.

Récemment aussi, l’Éthiopie a déposé son INDC : malgré sin développement économique limité, ce pays prévoit déjà une forte démarche de réduction de ses émissions de GES à 1,1 tCO2e/hab en 2030 (contre 1,8 tCO2e/hab en 2010), soit 64 % de moins que le scénario tendanciel. Si les feuilles de route des Etats sont déposées peu à peu, d’autres institutions n’hésitent pas à prendre position sur le climat. C’est le cas des religions. Les représentants des instances des six principaux cultes en France (catholique, orthodoxe, protestant, musulman,  juif, bouddhiste) ont remis à François Hollande une déclaration commune appelant à « l’adoption d’un accord contraignant applicable à tous », lors de la Cop 21.

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site