Entretien avec Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’Ademe

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

Entretien avec Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’Ademe

«La transition passe par la mobilisation de toute la société via la transformation en profondeur de nos comportements»

Directeur général délégué de l’Ademe depuis décembre 2014, Fabrice Boissier donne la vision de l’Agence sur la loi de transition énergétique, dont elle a été un des acteurs essentiels lors du débat national.

Quel regard portez-vous sur la loi de transition énergétique pour la croissance verte adoptée cet été ?

Fabrice Boissier : L’Ademe a un avis positif sur cette loi qui est un texte fort pour entrer dans une transition de société, avec des objectifs de long terme ambitieux et une panoplie d’outils de mise en œuvre. On allie à la fois des mécanismes fixant les feuilles de route comme la stratégie nationale bas carbone et la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), avec des dispositions de court terme qui enclenchent la dynamique. Car la transition passe par la mobilisation de toute la société via une massification des actions et par la transformation progressive mais en profondeur de nos comportements.

Quelques dispositions législatives me paraissent symboliques de cette transformation de nos manières de penser et d’agir : l’indemnité kilométrique vélo, l’interdiction de l’obsolescence programmée, le passage à la majorité simple du vote des travaux de rénovation énergétique dans les copropriétés ou encore la possibilité offerte aux collectivités d’intervenir dans des sociétés d’énergies renouvelables…. Cependant la loi et les décrets ne feront pas tout. J’espère que l’intelligence collective qui a présidé au débat national et au travail parlementaire se retrouvera sur le terrain pour la mise en œuvre.

En matière de baisse de la consommation d’énergie finale, est-on dans la bonne dynamique ?

(...)

Côté transports, la loi est-elle suffisante ?

(...)

Comment soutenir correctement les énergies renouvelables, spécialement avec le nouveau cadre des compléments de rémunération qui devrait remplacer les contrats d’obligation d’achat dans certains cas ?

(...)

Que pensez-vous du marché actuel des CEE, actuellement au plus bas ?

(...)

L’Ademe reste la cheville ouvrière de la transition énergétique : a-t-elle les moyens des ambitions qu’on lui donne ?

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 552 du 1er octobre 2015

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site