Potentiel du stockage d'énergies : l'étude Peps étendue à l’Europe

Supports de conférences biogaz et méthanisation

Rubrique article:

L’étude Peps qui avait été rendue publique en novembre 2013 est étendue à la maille européenne. Le rapport vient d’être délivré. Présentation des résultats de la première phase de ces travaux.

À la suite de l’étude Peps qui avait donné une estimation du potentiel de stockage d’énergies en France (voir Énergie Plus n°516 et 520), l’ATEE et un consortium d’industriels membres de son Club Stockage d’énergies ont lancé une nouvelle étude à la maille européenne avec les mêmes Artelys et Enea Consulting. Ce travail a fait l’objet d’un point d’étape à l’automne dernier. Il permet déjà de bien définir les orientations prises, les scénarios étudiés et, selon les besoins de flexibilité estimés, anticiper les valorisations du stockage.

Comme dans l’étude Peps, l’approche retenue est de mesurer l’intérêt du stockage pour la collectivité en général d’ici 2030, en calculant « la différence entre les coûts de production du système énergétique européen avec ou sans stockage » pour répondre à la demande, en dehors de tout cadre réglementaire ou mécanisme incitatif. L’analyse repose sur des cadres préfixés du parc de production, à partir du scénario énergétique “Power perspectives 2030” de l’European climate Foundation (voir encadré). Ils permettent de simuler l’équilibre offre-demande au pas horaire et donc d’estimer la valeur des services de stockage dont le pas de temps est au moins d’une heure (1). La simulation se fait avec l’hypothèse qu’il n’y a pas de congestions aux interconnexions des réseaux électriques européens (plaque de cuivre parfaite). De fait, ces congestions existent parfois et dans la réalité les besoins de stockage risquent d’être plus élevés que ce que l’étude chiffre.

Besoins de flexibilité

(...)

Lire la suite dans Energie Plus 539 du 1er février 2015

© ATEE-ENERGIE PLUS - tous droits réservés
contenu réservé aux membres de l'ATEE. En savoir plus | Plan du site